Publicité.



Près de 200 tonnes de fioul à la mer après une collision de navires : les côtes françaises menacées


Publié le Mardi 13 Octobre 2015 à 15:57 l Actualisé le 13/10 - 16:23


A la suite d'une collision entre le Flinterstar, cargo polyvalent néerlandais, et le méthanier Al Oraiq battant pavillon des Iles Marshall au large de Zeebruges (Belgique), le Flinterstar (photo) a fait naufrage ce mardi matin
A la suite d'une collision entre le Flinterstar, cargo polyvalent néerlandais, et le méthanier Al Oraiq battant pavillon des Iles Marshall au large de Zeebruges (Belgique), le Flinterstar (photo) a fait naufrage ce mardi matin
A la suite d’une collision entre le Flinterstar, cargo polyvalent néerlandais, et le méthanier Al Oraiq battant pavillon des Iles Marshall au large de Zeebruges (Belgique), le Flinterstar a fait naufrage ce mardi 6 octobre au matin.

Suite à ce naufrage, une pollution par hydrocarbures a été observée par les autorités belges qui ont dépêché onze moyens sur zone afin de procéder au pompage du fioul et des cuves du navire.
"Dès que les services de l’action de l’Etat en mer de la préfecture maritime Manche-mer du Nord ont été informés de la collision, une aide a été proposée aux autorités belges. Les observations initiales montraient une nappe de fioul se dirigeant vers les Pays-Bas avec des vents de secteurs sud-ouest", indique la préfecture maritime de Cherbourg.
Dès hier, lundi 12 octobre, avec l’inversion de vent (secteur nord-est) le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Jobourg a été informé par les autorités belges d’un risque de pollution maritime, de l’ordre d’environ 100 à 200 tonnes à la mer, pouvant atteindre les côtes françaises dans le secteur du Nord Pas-de-Calais.

A ce stade, les derniers vols d’observation belges font état d’une nappe stabilisée dans leurs eaux, autour de l’épave. Les derniers calculs de trajectoire de la pollution confirment cette tendance.
"De façon préventive, la préfecture maritime de la Manche – mer du Nord a pré-positionné des moyens nautiques qui rallient actuellement la zone, au cas où les conditions météorologiques évolueraient défavorablement", précisent les autorités maritimes ce mardi après-midi.
Le bâtiment d’assistance, de soutien et de dépollution (BSAD) VN Sapeur a donc appareillé depuis Brest dans la soirée du 12 octobre avec à son bord une équipe spécialisée du Centre d’Expertises Pratiques de lutte anti- pollution (CEPPOL). Lors de son transit, une équipe de deux marins pompiers et de quatre experts de la cellule anti-pollution de la base navale de Cherbourg y sera projetée.

Ainsi, ce mardi matin, le patrouilleur de service public (PSP) Pluvier a également appareillé de Cherbourg après avoir embarqué du matériel de lutte anti-pollution du service des moyens portuaires de la base navale de Cherbourg. Il devrait arriver sur zone dans la nuit.

Ces moyens nautiques sont complétés par un dispositif aérien. Des vols d’observation jusqu'à la frontière française sont effectués par l’hélicoptère Dauphin de la Marine nationale stationné au Touquet. L'avion F406 des douanes stationné Lann-Bihoué est également en soutien.

"Les échanges avec les autorités belges sont permanents pour suivre l'évolution de la situation", note la préfecture maritime.




EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos




Plus d'infos en cliquant sur l'image







PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE