Plusieurs centaines d'armes saisies en France : 44 suspects en garde à vue depuis ce matin


Mardi 7 Octobre 2014 à 13:24 l Actualisé Mardi 7 Octobre 2014 - 19:19



La gendarmerie a frappé fort ce mardi matin : au cours d'un opération judiciaire d'ampleur nationale elle a démantelé à travers toute la France (20 régions concernées dont la Corse et deux départements d'outre-mer) un vaste trafic de vente d'armes qui « fonctionnait grâce à plusieurs sites Internet ». 44 personnes ont été placées simultanément en garde à vue, dont un habitant du Havre, qui faisait partie des "objectifs".

Selon un premier bilan, les enquêteurs ont saisi un véritable arsenal composé de plusieurs centaines d'armes : fusils mitrailleurs, fusils d'assaut, pistolets mitrailleurs, armes de poing -pistolets et revolvers- et fusils d'épaule. Plusieurs milliers de munitions de tous calibres viennent compléter l'arsenal confisqué.

Du collectionneur au grand banditisme

Des dizaines de suspects ont été interpellés simultanément, ce matin, à l'occasion d'une importante opération, coordonnée par la gendarmerie nationale sur l'ensemble du territoire français, (dans l'Hexagone et en outre-mer) associant plusieurs centaines d'enquêteurs. Parmi les gardés à vue figurent aussi bien des collectionneurs que des individus au lourd passé criminel.

Cette opération nationale baptisée « Armes 78 » s'est déroulée sans incident dans le cadre d'une enquête confiée à la Section de recherches de gendarmerie (SR) de Versailles (Yvelines), sous la direction d'une juge d'instruction du tribunal de grande instance de Pontoise (Val d'Oise).

Opération de grande ampleur

Des enquêteurs de 26 sections de recherches de gendarmerie (dont celle de Haute-Normandie qui a interpellé un Havrais) et de plusieurs groupements de gendarmerie départementale, ainsi que des spécialistes de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) et du Service technique de recherches judiciaires et de documentation (STRJD), appuyés par des gendarmes mobiles et des gardes républicains, ont pris part à cette opération de grande ampleur.

« Cette opération, qui permet de mettre un coup d'arrêt à des trafics d'armes sur Internet, pourrait mettre en lumière la porosité entre le milieu des amateurs d'armes et celui du grand banditisme », souligne la gendarmerie.

Les gardes à vue, perquisitions et saisies se poursuivent.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com