infoNormandie infoNormandie





Publicité.





infoNormandie.com



 







Opération de contre-minage sur la plage du Touquet-Paris-Plage ce matin dans le Pas-de-Calais


Publié le Mercredi 12 Juillet 2017 à 17:05

Ce mardi 11 juillet, dès l’aube, les plongeurs-démineurs de la Manche et de la mer du Nord ont procédé à la neutralisation de 6 blocs de défense (dit « pieux de Rommel »), sur la plage du Touquet-Paris-Plage.

Cette opération de grande ampleur a mobilisé de nombreux moyens humains et matériels de la préfecture maritime de la manche et de la mer du Nord : les plongeurs-démineurs et la vedette «Scarpe » de la gendarmerie maritime, qui assurait la sécurité du plan d’eau.

"La première étape consistait à préparer les merlons de protection et à déplacer les 6 blocs au moyen d’engins de chantier, vers le haut de la plage", explique la préfecture maritime.

Vestiges de la Seconde Guerre mondiale

Puis, les plongeurs-démineurs ont procédé à l’ouverture de 3 blocs de béton à l’aide de petites charges explosives, permettant de désolidariser les blocs des obus qu’ils contenaient (270mm / 60kg- chacun) et ont pratiqué la même opération sur les 3 autres. Ils ont ensuite procédé à 2 tirs de fragmentation afin de les neutraliser. Les 6 engins représentaient 360 kg d’équivalent TNT.

Vestiges de la Seconde Guerre mondiale, ces blocs anti-débarquement sont retrouvés assez régulièrement sur le littoral de la Manche et de la mer du Nord. Ils sont souvent nommés « pieux de Rommel » en référence aux pieux en métal ou en bois qui servaient de mécanisme de mise à feu des mines ou des obus renfermés dans le béton.

459 engins explosifs neutralisés en 6 mois

Le traitement des engins historiques est une mission de la Marine nationale. En Manche-mer du Nord, c’est le Groupe de plongeurs-démineurs de la Manche, basé à Cherbourg, et des Chasseurs de Mines (CMT), basés à Brest, qui opèrent tout au long de l’année, en mer et sur les 870 km d’estran de la façade maritime. En 2016, un total de 831 engins historiques a été détruit (753 engins par le GPD et 78 par les CMT).

Depuis le 1er janvier 2017, le groupe des plongeurs-démineurs est intervenu sur 459 engins explosifs.

















Publicité.














PUBLICITE













Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE