Oissel : le monte-en-l'air perçait les plafonds pour cambrioler les appartements !


Lundi 2 Septembre 2013 à 17:55 l Actualisé Mardi 3 Septembre 2013 - 01:35



SEINE-MARITIME. Les cambrioleurs ont chacun leur façon de pénétrer dans un appartement. A Oissel, le monte-en-l'air qui a été interpellé par les policiers passait par les combles de l'immeuble et perçait le plafond au dessus de chaque logement qu'il voulait visiter. Mais son plan pour astucieux qu'il soit, a capoté.

Les faits se passent vendredi 30 août, vers 16h40, rue du Jura. L'attention d'une voisine du dernier étage, le 3e, a été attirée par un bruit suspect provenant précisément des combles juste au dessus de sa chambre. Apeurée, elle se met à crier de toutes ses forces et met en fuite le cambrioleur. Elle l'a entendu courir dans les combles mais ne l'a pas vu sortir.

Aperçu par un voisin

Lorsque les policiers arrivent, ils constatent que la trappe qui sert à accéder aux combles est fracturée. Ils entendent aussi un bruit étrange dans un appartement du même palier. Mais pas moyen de contacter les locataires. Le cambrioleur est aperçu par un voisin de l'immeuble alors qu'il s'enfuit par les balcons. Ce dernier donne un signalement précis du suspect et dit être capable de le reconnaître.

Une information précieuse pour les policiers de la compagnie départementale d'intervention (CDI) qui au cours des recherches localisent l'individu sur un chemin forestier tout proche. Interpellé, il est ramené sur les lieux du cambriolage où là il est formellement reconnu par le témoin qui l'a vu s'enfuir.

Un homme des Mureaux

Le cambrioleur présumé - il s'agit d'un homme de 22 ans originaire de la cité des Bougimonts aux Mureaux (Yvelines) - est placé en garde à vue.

Entre-temps, le locataire du 3e étage se présente à l'hôtel de police pour signaler qu'il a été victime d'un vol par effraction. Le voleur a pénétré chez lui en découpant le plafond de la chambre et lui a dérobé trois téléphones portables, 80 euros en liquide et un ordinateur portable. Les 80 euros sont retrouvés dans une poche du Muriotin mais pas le matériel.

L'enquête a permis d'établir qu'un cambriolage similaire (même mode opératoire) s'était déjà produit dans cet immeuble le 25 août, soit cinq jours plus tôt.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com