Publicité.



SOTTeville-lès-rouen

Muré dans son pavillon, le tireur est délogé en douceur par le GIPN


Publié le Jeudi 8 Janvier 2015 à 14:22 l Actualisé le 10/01 - 16:29


Les hommes du GIPN, qui sont intervenus cette nuit à Sotteville-lès-Rouen, sont entrainés à intervenir dans les situations les plus périlleuses (Photo DGPN)
Les hommes du GIPN, qui sont intervenus cette nuit à Sotteville-lès-Rouen, sont entrainés à intervenir dans les situations les plus périlleuses (Photo DGPN)
Emotion cette nuit de mercredi à jeudi à Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime) où un homme a tiré plusieurs coups de feu, sans faire de blessé heureusement. 

Il est un peu plus d'une heure du matin lorsque le centre d'information et de commandement (CIC) est informé par un témoin que des coups de feu ont retenti dans une habitation rue Jean-Jacques Rousseau. Un équipage de la Brigade anti-criminalité (Bac) se rend immédiatement à l'adresse indiquée par le riverain qui a appelé police-secours.

Il refuse tout dialogue

A leur arrivée, l'attention des gardiens de la paix  est attirée par des bruits sourds de cinq ou six détonations d'arme à feu. Les fonctionnaires en civil s'approchent de la demeure d'où sont partis les coups de feu depuis une fenêtre du 1er étage. Ils tentent alors de prendre contact avec l'occupant du pavillon. Mais ce dernier refuse tout dialogue, y compris par téléphone, puis se mure dans le silence.

Sur place, les policiers recueillent le témoignage de riverains. Un témoin précise que le tireur, âgé de 49 ans, vit depuis peu de temps au domicile de sa mère, également présente dans la maison. Il le décrit comme un homme malade et alité qui est régulièrement alcoolisé et en proie à des épisodes de violence.

Par précaution, un périmètre de sécurité est établi par vingt-cinq fonctionnaires, appelés en renfort en pleine nuit.

Les hommes du GIPN appelés à intervenir

Le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) qui s'est rendu sur place rend compte de la situation au procureur de la République. D'un commun accord, les deux hommes décident de faire appel aux policiers du Groupe d'intervention de la police nationale (GIPN) entraînés à ce genre d'intervention.  

L'unité d'élite, basée à Rennes, ne tarde pas à arriver rue Jean-Jacques Rousseau. En quelques minutes, les policiers font le tour de la situation après avoir tenté vainement de négocier avec le forcené. A 2 heures, ils investissement le pavillon, neutralisent le tireur et l'interpellent, en douceur et sans violence. L'homme est en état d'ivresse et ramené à l'hôtel de police pour être placé dans un premier temps en dégrisement. 

Il tirait " sans véritable raison "

Il était toujours entendu ce jeudi en début d'après-midi dans le cadre d'une garde à vue par les enquêteurs de la Sûreté départementale (SU). Lors de son audition il aurait déclaré avoir fait usage de son arme de poing "sans véritable raison". Une perquisition  opérée ce matin au domicile du quadragénaire, a permis de retrouver une réplique de pistolet Beretta tirant des cartouches à gaz.

 





EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos




Plus d'infos en cliquant sur l'image







PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE