Aucune trace de violence révèle l'autopsie

Mort suspecte à l'hôpital de Vernon : la piste accidentelle est privilégiée


Vendredi 16 Janvier 2015 à 12:20 l Actualisé Vendredi 16 Janvier 2015 - 13:49



L'Andelysien est décédé le lendemain de son admission au centre hospitalier de Vernon (Photo d'illustration)
L'Andelysien est décédé le lendemain de son admission au centre hospitalier de Vernon (Photo d'illustration)
L'autopsie pratiquée sur le corps d'Eric Miard, après son décès suspect survenu mardi 13 janvier à l'hôpital de Vernon (Eure) a révélé que la mort a été causée par une hémorragie cérébrale due à un traumatisme crânien.

Cet habitant des Andelys, âgé de  49 ans, avait été pris en charge lundi soir par les sapeurs-pompiers pour être transporté dans un état critique au centre hospitalier de Vernon. L'homme vivait chez sa mère dans le quartier du Prieuré aux Andelys. 

L'homme était alcoolisé
 
Dans un communiqué publié ce vendredi, la procureure de la République d'Evreux, Dominique Laurens, confirme que "la mort a été causée par un traumatisme crânien" (hémorragie cérébrale). Lors de l'autopsie, aucune trace de violence n'a été toutefois constatée par les médecins légistes sur le corps.

Les lésions (traumatisme crânien) "seraient compatibles avec une chute due probablement à un état d'alcoolisation massive", selon la magistrate qui indique que le quadragénaire présentait un taux d'alcoolémie correspondant à  0,72g par litre de sang à son arrivée à l'hôpital de Vernon, lundi à 21h50 "alors que l'état de santé (d'Eric Miard) avait été constaté par la famille à son retour au domicile le dimanche 11 janvier au soir".
 
L'enquête confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie des Andelys "se poursuit pour vérifier cette piste de travail", souligne Dominique Laurens.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com