Mis en examen pour proxénétisme aggravé, les deux Rouennais recrutaient leurs "belles" sur Internet


Vendredi 18 Janvier 2013 à 11:30

Deux hommes ont été mis en examen pour "proxénétisme aggravé" dans la soirée de jeudi 17 janvier, à Rouen (Seine-Maritime). Ils ont été placés en détention provisoire à la maison d'arrêt Bonne nouvelle dans l'attente du débat contradictoire dans le bureau du juge des libertés et de la détention (JLD) qui aura lieu mardi. Les mis en cause âgés de 22 et 30 ans et originaires des Hauts-de-Rouen, ont demandé un délai supplémentaire afin de pouvoir organiser leur défense.

Une prostituée de 40 ans qui aurait bénéficié du système a également été mise en examen, mais elle a été placée sous contrôle judiciaire.

Recrutées sur des sites de rencontres

Tous les trois ont été interpellés en début de semaine par les policiers de la Sûreté départementale de Seine-Maritime, enquêtant dans le cadre d'une commission rogatoire délivrée par un juge d'instruction rouennais.

Le mode opératoire des deux individus consistait à entrer en contact avec des femmes sur des sites de rencontres bien spécifique. Ils entamaient le dialogue avec elles, les mettaient en confiance et leur proposaient au bout d'un certain temps de les aider à gagner beaucoup d'argent, via des" relations très spéciales". En clair, ils les incitaient à se livrer à la prostitution.

Ils proposaient leur protection

Des femmes à la recherche de l'âme soeur (mais surtout d'argent facile) sont tombées dans le piège. Et à partir de là, les deux "apprentis" proxénètes dévoilaient leur jeu. Ils proposaient à ces futures "cover-girls" les produits basiques mais indispensables à la pratique de cette activité charnelle : préservatifs, lubrifiant, lingettes... Toutes ces attentions n'étaient pas sans retour. Les deux Rouennais faisaient comprendre à ces "belles" qu'ils étaient prêts à les protéger en échange bien sûr d'une "gratification".

Une plainte contre X avait été déposée, qui avait conduit le parquet de Rouen à ouvrir une information judiciaire pour "proxénétisme aggravé". Des faits punis de dix ans d'emprisonnement.

Rémy Lebel











Publicité.














PUBLICITE










Suivez-nous sur Facebook
















cookieassistant.com