Lettres suspectes : un retraité de Seine-Maritime entendu par la police judiciaire


Vendredi 10 Janvier 2014 à 12:43 l Actualisé Vendredi 10 Janvier 2014 - 18:02



Un retraité a été interpellé par la police judiciaire en Seine-Maritime et une femme en région parisienne dans l'affaire de la poudre suspecte (Photo d'illustration)
Un retraité a été interpellé par la police judiciaire en Seine-Maritime et une femme en région parisienne dans l'affaire de la poudre suspecte (Photo d'illustration)
L'enquête sur l'affaire des lettres suspectes contenant de la poudre de ciment et adressées à huit administrations de Seine-Maritime a permis d'interpeller, jeudi après-midi, un retraité de 63 ans résidant à Lillebonne, près du Havre

Ce suspect est actuellement entendu par les policiers de la 1ère Division de police judiciaire de la Préfecture de police (PP) de Paris, qui enquêtent déjà sur des faits similaires commis en région parisienne. Une femme, qui a habité en Seine-Maritime (peut-être l'ex-compagne du retraité ?) a également été interpellée, mais elle aurait été mise hors de cause. 

« Manifester sa haine de la société »

Selon nos informations, le retraité a reconnu les faits. Il aurait expliqué avoir agi ainsi « sans aucune idée de violence ». Pour s'en prendre aux institutions qui représentent l'Etat. Une façon pour lui de « manifester don dégoût des politiques, sa haine de la société ».

La femme interpellée et dont les parents sont originaires de Lillebonne (une perquisition a eu lieu ce matin à leur domicile) était dans le collimateur de la DPJ depuis plusieurs semaines. Les policiers parisiens travaillaient en effet sur des faits identiques commis à Paris et en région parisienne. Les victimes n'étaient pas alors des administrations mais des personnalités aussi bien politiques que du monde économique.

Laurence Parisot parmi les "victimes"

L'ancienne présidente du MEDEF (syndicat des patrons), Laurence Parisot, avait reçu une lettre contenant une poudre suspecte, il y a quelques mois. « Les enveloppe utilisées en région parisienne étaient du même format et avaient le même aspect que celles saisies en Seine-Maritime. Elles contenaient également du ciment ou de la cendre. Nous avons ainsi pu faire rapidement un rapprochement entre les faits commis en région parisienne et en Seine-Maritime », confie une source judiciaire à InfoNormandie.com.

Mercredi dans la journée, treize lettres ont été saisies par les services de police après que leurs destinataires (Lire Ici) ont découvert qu'elles contenaient une mystérieuse poudre grisâtre. Le résultat des analyses effectuées dans un laboratoire spécialisé de la Sécurité civile, confirmaient dans la nuit de mercredi à jeudi qu'il s'agissait de ciment et de cendres. Une matière totalement inoffensive.

Le procureur de la République adjoint, Jean-Claude Belot, a clairement indiqué jeudi soir (Lire ici) que la justice allait tout mettre en oeuvre pour identifier et interpeller le ou les auteurs de ces lettres.  

Lire aussi :
Urgent : du ciment et de la cendre dans les lettres suspectes !
Lettres suspectes en Seine-Maritime : Et si ce n'était que de la poudre de perlimpinpin ?









Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com