Beau coup de filet : les gendarmes de Seine-Maritime ont mis un terme à l'activité délictuelle d'une équipe de cambrioleurs. Deux d'entre eux sont en prison. L'enquête a permis de leur imputer 53 vols par effraction.

Les gendarmes arrêtent les auteurs de 53 cambriolages en Seine-Maritime et dans le Calvados


Mardi 25 Novembre 2014 à 17:25 l Actualisé Mardi 25 Novembre 2014 - 18:00



Le travail des techniciens en charge de l'identification criminelle a été très précieux (Photo d'illustration)
Le travail des techniciens en charge de l'identification criminelle a été très précieux (Photo d'illustration)
Voici le communiqué publié par la gendarmerie de la Région Haute-Normandie à propos de cette affaire.

"Dans la nuit du 10 au 11 avril 2014, sur la commune de Gonfreville-L'orcher, des véhicules signalés volés en «home jacking» sur les secteurs des compagnies de gendarmerie de Rouen, Yvetot et Dieppe sont repérés stationnés sur la voie publique.

Un de ces véhicules échappe au dispositif de surveillance mis en place par les services de Police et de Gendarmerie. Les autres véhicules volés sont retirés et remisés dans un garage civil. Restés en surveillance sur site, les gendarmes du Peloton de surveillance et d'intervention (PSIG) du Havre, renforcés de fonctionnaires de la Brigade anti-criminalité de la police nationale du Havre, interpellent deux individus à bord d'une Seat Léon (volée) et d'une Audi A3, de retour d'un périple dans le département du Calvados. Ces derniers sont

incarcérés à l'issue de leur garde à vue. Suite à ces faits, une commission rogatoire est délivrée par le juge d'instruction près le TGI Le Havre (pour vols aggravés, recels, association de malfaiteurs, délit de fuite, refus d'obtempérer, entrave à la circulation).

Un groupe d'enquête et de lutte anti-cambriolages est crée dans la foulée (GELAC 76) et s'installe dans les locaux de la compagnie d'Yvetot. Après plusieurs mois d'enquête où sont accumulés les éléments de preuve mettant en exergue la revente des véhicules au sud de la Méditerranée, une vague d'interpellation est déclenchée le 21 octobre sur directives du magistrat instructeur. Cinq personnes sont interpellées et placées en garde à vue. De l'argent, des téléphones portables, des documents de cession de véhicule sont saisis.

A l'issue des 48 heures de garde à vue, deux individus sont déférés devant le juge d'instruction puis incarcérés dans les maisons d'arrêt d'Evreux et de Rouen. Au final, ces interpellations permettent d'élucider 53 faits commis sur les départements de Seine-Maritime et du Calvados.

Cette enquête aura mobilisé des militaires des unités suivantes : Brigades recherches Le Havre - Dieppe - Yvetot – Rouen ; Brigade départementale de renseignements et d'investigations judiciaires de Rouen ; Peloton de surveillance et d'intervention de Le Havre - Yvetot - Pont-Audemer ; Groupe d'investigations cynophile d'Evreux et équipe cynophile du PSIG Fécamp ; Brigades de Doudeville, Quincampoix, Saint-Romain-de-Colbosc, Pavilly et Epouville ; Peloton motorisé de Saint-Romain-de-Colbosc."








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com