Publicité.



Les agresseurs d'un adolescent saucissonné et séquestré remis en liberté


Publié le Mardi 5 Novembre 2013 à 21:08 l Actualisé le 06/11 - 08:35


SEINE-MARITIME - A l'issue de leur garde à vue qui aura duré près de 48 heures, les agresseurs de l'adolescent qui a été saucissonné, frappé et séquestré dans un appartement de Canteleu, près de Rouen, ont été remis en liberté ce mardi 5 novembre. Deux d'entre eux, un homme handicapé âgé de 36 ans et un adolescent de 15 ans, devront venir s'expliquer à la barre du tribunal correctionnel de Rouen, dans les prochaines semaines.

Concernant les deux autres interpellés, un adolescent âgé de 17 ans a été mis hors de cause tandis que la  jeune fille de 18 ans a fait l'objet d'un rappel à la loi pour usage de stupéfiant.

Attaché sur une chaise et frappé

Dimanche 3 novembre, en milieu d'après-midi, les policiers intervenaient après avoir été informés qu'un adolescent de 17 ans avait fait l'objet de violences et d'une séquestration à Canteleu. La victime expliquait avoir été abordée par deux individus qui l'ont contrainte à les suivre dans un appartement de la rue du Canal.

Arrivé dans le logement, où se trouvaient d'autres personnes, il avait été attaché sur une chaise et violemment frappé par ses agresseurs. Il avait été retenu contre son gré pendant près de deux heures, avant d'être finalement relâché. Ils lui avaient fait promettre qu'il reviendrait avec de l'argent. 

Trois gardés à vue

Forts de tous ces éléments, les policiers de la brigade canine décidaient alors de mettre l'appartement sous discrète surveillance. Voyant deux individus correspondant au signalement sortir de l'immeuble, ils les interpellaient alors.

Les fonctionnaires montaient ensuite à l'appartement où l'adolescent affirmait avoir été séquestré. Plusieurs personnes étaient présentes à ce moment-là, dont le locataire, un homme handicapé. Ce dernier, compte tenu de son état, devait être auditionné sur place tandis que trois autres suspects étaient ramenés à l'hôtel de police pour être placés en garde à vue.

Un différend sur fond de drogue

L'enquête n'a pas permis de faire vraiment toute la lumière sur cette affaire, mais il apparaît très clairement qu'à l'origine il s'agit d'un différend à propos d'une dette liée à la drogue.

Toujours est-il que la personne handicapée s'est vu notifier une convocation devant le tribunal correctionnel pour "violences volontaires et usage de stupéfiants". Quant au plus jeune, il sera convoqué prochainement devant le juge des enfants en vue d'une mise en examen.

La victime, qui a déposé plainte, s'est vu prescrire une interruption totale de travail (ITT) inférieure à huit jours.





EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos








PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE