Publicité.



Le suspect blessé par une décharge de Taser allait-il livrer de la drogue à Rouen ?


Publié le Mercredi 9 Janvier 2013 à 19:30 l Actualisé le 01/01


L'enquête se poursuit après l'interpellation vendredi soir d'un automobiliste par des douaniers et gendarmes de Gaillon, dans l'Eure. Interpellation qui s'est mal passée pour le conducteur, un homme de 35 ans originaire des Mureaux (Yvelines) qui a été brûlé à la tête et aux mains après avoir reçu une décharge de pistolet à impulsion électrique (PIE).

"Sa plainte sera examinée comme les autres"

Les investigations, confiées à la Section recherche de la gendarmerie de Rouen, consistent à établir dans quelles conditions une bombe de gaz lacrymogène appartenant à l'un des douaniers a été utilisée et par qui. Est-ce par le douanier lui-même ou par le conducteur qui serait parvenu à s'en emparer ? Le visionnage de l'enregistrement vidéo, un système dont était équipé le Taser du gendarme qui en a fait usage pourrait apporter quelques éléments de réponse.

Entendu succinctement par les gendarmes avant son transfert au CHU de Rouen, l'homme a manifesté son intention de déposer une plainte contre les gendarmes "pour violences". Une information confirmée par une source proche de l'enquête. " Il a été auditionné dans le cadre de la procédure normale en pareil cas, pour connaître sa version sur ce qui s'est passé et dans quelles circonstances il a été blessé", indique cette même source, qui ajoute : "La plainte qu'il a effectivement déposée sera examinée, comme toutes les autres".

25 kilos de cannabis dans sa voiture

La personnalité de cet homme, plusieurs condamné par le passé, notamment pour trafic de stupéfiants, a été passée au crible. Le jour de son arrestation spectaculaire sur un terrain vague de La Heunière, un village situé entre Pacy-sur-Eure et Vernon, après une course poursuite avec deux motards des douanes et des gendarmes de Gaillon, il transportait dans sa voiture quelque 25 kilos de résine de cannabis. Allait-il les "livrer" à un semi-grossiste dans la région de Rouen ?

Les enquêteurs n'ont pas encore la réponse. Le suspect, qui est parti "en douce" de l'hôpital rouennais samedi vers 16 h 15, n'était plus en garde à vue, les médecins ayant jugé son état de santé incompatible avec cette mesure. Des gendarmes étaient toutefois chargés de le surveiller discrètement, mais n'avaient pas le pouvoir légalement de l'empêcher de quitter l'établissement.

Il devra s'expliquer "tôt ou tard"

Reste maintenant à le localiser. Ce qui est sûr, "tôt ou tard", il devra s'expliquer sur la provenance de cette drogue dans son véhicule et sur le refus d'obtempérer et les faits de violences dont il s'est rendu coupable sur des agents de la force publique ce vendredi sur l'autoroute A13.

Rémy Lebel




Mots-clés :


EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos








PUBLICITE



C'est à l'affiche




Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE