Publicité.



Le pilote d'un scooter nargue les policiers qui l'avaient pris en chasse à Petit-Quevilly


Publié le Mercredi 5 Mars 2014 à 23:01 l Actualisé le 05/03 - 23:34


SEINE-MARITIME - Le pilote d'un scooter a donné du fil à retordre aux policiers qui ont engagé avec lui une course poursuite après un refus d'obtempérer, dans la nuit de mardi à ce mercredi 5 mars.

Il nargue les policiers

Au départ, le scootériste, qui circule sans casque, grille un feu rouge rue Jacques Prévert à Petit-Quevilly, devant la voiture de police qui doit faire un écart pour l'éviter. Une course poursuite s'engage alors. Le pilote du deux roues accélère et prend des risques pour échapper aux policiers : il emprunte les voies du métrobus, roule sur les trottoirs, s'arrête à un moment pour narguer les gardiens de la paix puis repart de plus belle.

Mais cette fois, il n'ira pas bien loin. Un équipage de la brigade anti-criminalité en patrouille dans le secteur repère le scooter avenue Jean-Jaurès, et surtout son pilote qui tente de dissiuler l'engin derrière une haie allée Raoult Dufy.

Un cran d'arrêt sur lui

Les policiers en civil s'approchent discrètement, mais l'individu qui les a remarqués s'enfuit en courant dans un dédale de petites rues qu'il semble bien connaître. Soudain, il chute sur la chaussée rue Paul Gauguin, mais cela ne l'empêche pas de se mettre en position pour affronter physiquement les policiers. Mais il est bien seul. Il est rapidement jeté au sol, neutralisé et menotté. Sur lui, est découvert un couteau à cran d'arrêt.

Cellule de dégrisement et garde à vue 

Ramené à l'hôtel de police pour être placé en garde à vue, le suspect, âgé de 27 ans et demeurant à Petit-Quevilly, est d'abord placé en cellule de dégrisement (il est en effet en état d'ivresse) puis en garde à vue pour "refus d'obtempérer, rebellion, port d'arme, infraction au code de la route".

Lors de son audition, il a expliqué aux enquêteurs qu'il venait d'acheter le scooter de marque MBK et qu'il n'avait pas eu le temps de l'assurer.

A signaler qu'au cours de sa garde à vue, le mis en cause a dû être conduit au CHU de Rouen après s'être cogné la tête contre les murs de sa géôle...





EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos




Plus d'infos en cliquant sur l'image







PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE