Publicité.



Le gang des "Manèges à bijoux", en garde à vue à Rouen, est soupçonné de dix braquages


Publié le Jeudi 6 Décembre 2012 à 00:01 l Actualisé le 01/01


Le gang des "Manèges à bijoux", en garde à vue à Rouen, est soupçonné de dix braquages
Cinq malfaiteurs, soupçonnés d'une série de vols à main armée contre les Manèges à bijoux, sont en garde à vue dans les locaux de la PJ de Rouen. Ils ont été interpellés hier soir au péage de Mantes-Buchelay, après un braquage à l'hypermarché d'Incarville, près de Louviers.

Hold-up éclair mardi après-midi au centre commercial d'Incarville, près de Louviers (Eure). Il est 15 h 45. Deux individus, le visage dissimulé sous un casque intégral, font irruption dans l'hypermarché Leclerc, rue des Prés, en bordure de la RN 184. L'un des hommes brandit un fusil à pompe, avec lequel il tient en joue un vigile. Son complice se dirige alors vers le manège à bijoux du magasin et rafle tous les bijoux à portée de main. A cet instant, le vigile tente de réagir et de s'interposer. Mais il est rapidement neutralisé par le braqueur armé qui le blesse en tirant une balle dans la cuisse.


Interpellés en douceur au péage de Mantes




Les malfaiteurs ont raflé une bonne partie des bijoux à portée de main

Les deux malfaiteurs prennent la fuite. Ils rejoignent deux complices à moto qui les attendent un peu plus loin sur le parking au guidon de grosses cylindrées. Immédiatement, un plan de recherches est déployé. Les policiers demandent le concours de l'hélicoptère de la gendarmerie engagé au même moment sur une opération anti-cambriolages. Les braqueurs restent introuvables.
Mais après la diffusion d'un message à toutes les unités de police et de gendarmerie, la trace des malfaiteurs à moto est retrouvée sur l'A 13 en direction de Paris. Et au péage de Mantes-Buchelay, des policiers du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Versailles, qui surveillent depuis quelque temps des équipes de braqueurs de Manèges à bijoux, leur tend une souricière. Les quatre hommes, âgés de 20 à 33 ans, sont ainsi interpellés en douceur et sans effusion de sang.


Soupçonnés d'une série de braquage


Sur eux, les enquêteurs ont saisi un pistolet de calibre 38, un fusil à pompe et des cagoules. Ils sont actuellement en garde à vue dans les locaux du service régional de police judiciaire de Normandie, à Rouen. Une cinquième personne a également été interpellée en région parisienne et placée en garde à vue. Les membres de ce gang très actif, originaires de Bobigny, en Seine-Saint-Denis, étaient semble-t-il dans le collimateur de la police judiciaire de Versailles : ils sont soupçonnés en effet d'être à l'origine d'au moins sept vols à main armée contre des Manèges à bijoux, en région parisienne et à Saint-Brice-Courcelles, près de Reims (Marne) le 16 novembre dernier à l'heure de la fermeture du magasin. Là, les malfaiteurs avaient fait main basse sur près de 100.000 euros de bijoux !
Une information pour "vols à main armée en bande organisée" devrait être ouverte par le parquet d'Evreux.


Cellule médico-psychologique


Le vigile, âgé de 47 ans, a été hospitalisé. Selon nos informations, ses blessures provoquées par une balle de type gomme-cogne seraient superficielles. Une cellule médico-psychologique a par ailleurs été mise en place par les sapeurs-pompiers, pour venir en aide aux employées du manège à bijoux.
Le montant du butin n'a pas été évalué.


Rémy Lebel



Le gang des Manèges à bijoux a déjà frappé dix fois


Le gang de malfaiteurs interpellé mardi soir au péage de Mantes-Buchelay, sur l'autoroute A13, par la Brigade de recherches et d'intervention (BRI) du service régional de police judiciaire de Versailles est-il celui qui a perpétré une série de braquages ces derniers mois en région parisienne et dans la Marne, contre des Manèges à bijoux des centres Leclerc ? Les enquêteurs ne sont pas loin de le penser compte tenu de la similitude plus que troublante des modes opératoires.
Que vont "lâcher" au cours de leurs interrogatoires les cinq hommes placés en en garde à vue pour 96 heures dans les locaux de la PJ de Rouen ? Ces braqueurs, tous originaires de la Seine-Saint-Denis, étaient ciblés depuis quelque temps par les policiers versaillais et rémois qui les avaient placés sous surveillance (filatures, écoutes téléphoniques...). Les perquisitions qui ont été menées ces dernières heures à leur domicile respectif auront assurément apporté des éléments permettant de les confondre dans certains de ces vols à main armée.


Jeudi 27 septembre 2012, Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) : Trois hommes armés, casqués et gantés surgissent devant le Manège à Bijoux du centre Leclerc de Champigny-sur-Marne. Sous la menace d'un pistolet, ils se font remettre la totalité des pièces exposées dans les vitrines, puis repartent sur deux scooters.


Lundi 1er octobre 2012, Massy-Palaiseau (Essonne) : Quatre individus casqués, gantés et armés font irruption dans la galerie commerçante de l'hypermarché Leclerc. Sous la menace de leurs armes, ils vident les vitrines du Manège à bijoux. Les malfaiteurs s'enfuient au guidon de scooters faussement immatriculés.

Mardi 9 octobre 2012, Villeparisis (Seine-et-Marne) : En début de soirée, trois hommes casqués s'en prennent au Manège à Bijoux du centre Leclerc. Ils sont stoppés par deux agents de sécurité. L'un des malfaiteurs prend la fuite, le deuxième exhibe une arme de poing, le troisième fait usage d'une bombe lacrymogène. Le trio rejoint un complice qui l'attend à l'extérieur. La bande repart « sur deux gros scooters ».

Jeudi 11 octobre 2012, Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines) : Le matin, peu avant 10 heures, quatre hommes arrivés sur deux scooters font irruption au centre Leclerc. Ils braquent clients et employés et font main basse sur les bijoux.

Mardi 16 octobre 2012, Carrières-sous-Poissy (Yvelines) : Vers 14 heures, quatre individus casqués, gantés, armés d'un fusil à pompe et d'un fusil à canon scié pénètrent dans la galerie du magasin Leclerc. Ils dévalisent le Manège avant de s'enfuir sur deux scooters.

Jeudi 18 octobre 2012, Coulommiers (Seine-et-Marne) : En fin de journée, quatre malfaiteurs dont l'un est armé d'un fusil à canon sciè sèment la panique dans l'hypermarché Leclerc. Ils s'en prennent là encore au Manège à Bijoux.

Mercredi 24 octobre 2012, les Ageux (Oise) : Vers 11 h 15, quatre hommes casqués descendent de deux scooters au magasin Leclerc. Tandis que l'un fait le guet, ses complices braquent les employées du Manège à Bijoux.

Jeudi 25 octobre 2012, Thiverny (Oise) : Vingt-quatre heures après le braquage des Ageux, un scénario identique se répète vingt kilomètres plus loin, au centre Leclerc de Thiverny.

Vendredi 16 novembre 2012, Saint-Brice-Courcelles (Marne) : Quatre malfaiteurs raflent un important butin au Manège à Bijoux du centre Leclerc, alors qu'il y avait encore grande affluence dans le magasin. Puis ils prennent la fuite sur deux scooters de grosse cylindrées. Le montant du préjudice est estimé à 100.000 euros !

Lundi 3 novembre, Incarville (Eure) : Vers 15 h 45, un individu armé d'un fusil à pompe tire sur un vigile de l'hypermarché Leclerc qui veut s'interposer et le blesse à la cuisse . Pendant ce temps, son complice dérobe tout ce qui se trouve à portée de main dans le Manège à bijoux. Les deux hommes rejoignent deux complices qui les attendent au guidon de deux puissants scooters.



Mots-clés :


EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos








PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE