Le Havre va se doter de 20 nouvelles caméras de vidéoprotection en 2014


Jeudi 16 Janvier 2014 à 16:47 l Actualisé Vendredi 17 Janvier 2014 - 01:52



La vidéoprotection permet d'avoir une vue d'ensemble sur les quartiers les plus sensibles. En août dernier, les braqueurs de la bijouterie Milliaud ont été interpellés grâce à la vigilance du Centre superviseur urbain (Photo d'illustration)
La vidéoprotection permet d'avoir une vue d'ensemble sur les quartiers les plus sensibles. En août dernier, les braqueurs de la bijouterie Milliaud ont été interpellés grâce à la vigilance du Centre superviseur urbain (Photo d'illustration)
La ville du Havre va être dotée de vingt nouvelles caméras de vidéoprotection en 2014. Le député-maire de la ville, Edouard Philippe, l'a annoncé ce jeudi 16 janvier au cours d'une conférence de presse. Elles seront opérationnelles au cours du premier semestre, ce qui portera à 175 le nombre de caméras installées dans la cité portuaire à la fin de l'année.

Les secteurs concernés sont cette fois celui de la gare et du rond-point (lire ci-dessous le détail des implantations). « En lien avec l'arrivée du tramway en décembre 2012, il est apparu pertinent d'y adjoindre les quartiers Mont-Gaillard, Mare-rouge et les Neiges », souligne les services de la mairie.

Les secteurs où elles seront-elles implantées
  • Rond-Point : 3 caméras livrées au 17 janvier,
  • Gare : 3 caméras livrées au 17 janvier,
  • Les Neiges : 4 caméras livrées fin janvier,
  • Mont-Gaillard : 5 caméras livrées mi mars,
  • Mare-Rouge : 1 caméra livrée  mi mars.
Le montant total du marché est de 323 022€, financé par la ville du Havre (103 129€), le Fonds interministériel de prévention de la délinquance (120 000€) et le Fonds d'intervention pour les services, l'artisanat et le commerce (9 893€).

« Les caméras de vidéo protection servent à dissuader d’éventuels actes de malveillance, à observer la commission de faits de délinquance, à alerter en temps réel les services de police et à fournir des preuves matérielles dans le cadre des enquêtes de police ou de justice (après réquisition) », justifie le maire du Havre.

Des braqueurs interpellés grâce aux caméras

Seize opérateurs se relaient 24H/24H par équipe de 3 au Centre superviseur urbain (CSU). Le CSU est sollicité environ une vingtaine de fois par mois pour transmettre des réquisitions d’images à la demande de la police ou de la justice, sachant que la police sollicite plusieurs fois dans la journée le CSU pour qu’il apporte un soutien vidéo à ses interventions.
 
« Le Centre superviseur urbain a permis ces derniers mois d'aider la police dans la résolution d'affaires, notamment le 16 août dernier, lors du braquage à la voiture bélier de la bijouterie Milliaud. Grâce à son intervention, les 4 braqueurs ont été interpellés quelques minutes après le braquage en haut de la rue Georges Lafaurie », insiste Edouard Philippe.

Un autre chantier devrait démarrer au 1er trimestre 2014 avec l’implantation de 4 caméras supplémentaires : 3 sur la place des Halles et 1 sur le secteur Saint-Roch. Le montant de l’opération s’élèvera à 47 828€ financée exclusivement par la Ville du Havre. Le déploiement de ce dispositif sera poursuivi lors du prochain Plan pluriannuel d’investissement (PPI).


Comment ça marche ?

Les raccordements et les transferts d’images vers le commissariat de police du Havre, la police municipale et le Centre d’information et de commandement (CIC) de la Police Nationale à Rouen font partie intégrante du système. 
 
Celui-ci est composé de dômes motorisés et d’une supervision multi-protocoles GENETEC permettant de centraliser, de visualiser, de télécommander, de gérer et d’enregistrer les images des caméras du système vidéo de la ville du Havre ainsi que de systèmes annexes. 
 
La transmission des images se fait de la façon suivante :
 
 Réseau fibres optiques (propriétaire Ville du Havre)
 Réseau fibres optiques (loué à France Télécom)
 Réseau WIFI (propriétaire Ville du Havre)
 
Le programme 2011/2014 de mise en œuvre des caméras répond aux différentes observations exprimées par les acteurs du Contrat  Local de Sécurité. Un groupe technique  a  défini secteurs et implantations, en fonction :
 
 De l’analyse des chiffres de la délinquance de voie publique;
 Des problématiques de violences urbaines ;
 De la présence d’activités économiques ;
 De la présence de bâtiments cible.

La ville compte actuellement 155 caméras de vidéoprotection couvrant 18 secteurs :
- Centre-ville (18 caméras),
- Plage (5 caméras),
- Champ de foire (3 caméras),
- Docks (10 caméras),
- Massillon (1 caméra),
- Magasins généraux/Eure/Brindeau (9 caméras),
- Jardins fluviax/St Nicolas (6 caméras),
- Vallée Béreult/Jules Durand (11 caméras),
- Stade Océane (23 caméras),
- Entrée de ville (3 caméras),
- Tunnel Jenner (18 caméras),
- Jardins Suspendus (1 caméra),
- Aplemont (4 cameras),
- Caucriauville (16 caméras),
- Mont-Gaillard (3 caméras),
- Mare-Rouge (16 caméras),
- Bléville (6 caméras),
- Bois de Bléville (2 caméras)
 
Pour un montant d’environ 4,5 millions d’euros financés au 2/3 par la Ville du Havre et 1/3 par le fonds interministériel de prévention de la délinquance (FIPD).







Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com