Un réseau de drogue a été démantelé par la brigade des stupéfiants de la sûreté départementale de Rouen. Trois jeunes gens, soupçonnés de se livrer à un trafic de résine de cannabis, ont été interpellés. Une dizaine de consommateurs ont par ailleurs été auditionnés.

La brigade des stupéfiants fait tomber des trafiquants de cannabis à Rouen et Darnétal


Vendredi 22 Mai 2015 à 12:54 l Actualisé Vendredi 22 Mai 2015 - 13:37



Trois plaquettes de 100 g de résine de cannabis, plus de 400 g d'herbe de cannabis ainsi que six plants ont été saisis lors des perquisitions (Illustration @DR)
Trois plaquettes de 100 g de résine de cannabis, plus de 400 g d'herbe de cannabis ainsi que six plants ont été saisis lors des perquisitions (Illustration @DR)
Le coup de filet s'est déroulé mardi 19 mai, en fin d'après-midi, à Darnétal, près de Rouen. A la suite d'un renseignement, les policiers enquêtaient depuis le mois de janvier dernier sur un trafic mettant en cause un homme d'une vingtaine d'années. Le suspect était alors placé sur écoutes téléphoniques et faisait d'une étroite surveillance.

A cette occasion, les enquêteurs des stups observaient de nombreuses allées et venues suspectes au domicile du jeune homme. Ils identifiaient ainsi y' une quinzaine de clients, tous consommateurs de résine ou d'herbe de cannabis.

Coup de filet en deux temps

Disposant de suffisamment d'éléments à charge, grâce notamment aux interceptions téléphoniques, les policiers décidaient mardi de passer à l'action. Dans un premier temps, ils interpellaient un jeune client qui ressortait de l'habitation avec une plaquette de 100 g de résine qu'il venait d'acheter. Il était placé en garde à vue.

Les enquêteurs passaient immédiatement après à la deuxième phase avec pour objectif d'arrêter le fournisseur. Les policiers d'une fenêtre ouverte pour s'introduire dans l'appartement du rez-de-chaussée par effet de surprise. Ils interpellaient deux hommes, le locataire des lieux et un voisin du dessus, assis sur un canapé en train de fabriquer un "pétard".

Lors de la perquisition, les hommes de la brigade des stupéfiants assistés d'un chien anti-drogue, découvraient une plaquette de 100 g de résine et une somme de 800€ en liquide.

Six plants de cannabis découverts

Une perquisition était également effectuée dans la foulée au domicile du voisin, chez qui une plaquette de 100 g de résine était saisie. Ce dernier devait reconnaitre servir de nourrice à son voisin du dessous.

Les policiers en profitaient encore pour s'intéresser de plus près à un consommateur ramassé dans leur nase au cours des écoutes téléphoniques. Il s'agit d'une jeune habitant de la rue des Sapins, sur les Hauts-de-Rouen, soupçonné aussi de détenir de la drogue chez lui. De fait, la perquisition amenait a la découverte d'une plaquette de résine (100 g) et d'une culture de six plants d'herbe de cannabis. En outre, les enquêteurs retrouvaient 410 g d'herbe prêts à être commercialisés.

Le trafic lui aurait rapporté 10 000€

Lors de son audition, le principal mis en cause a reconnu se livrer à un trafic depuis le mois de décembre dernier et avoir revendu 1kg de résine de cannabis pour un montant de 10 000 euros environ.

Ce dernier ainsi que son voisin ont été déférés ce vendredi peu avant midi au palais de justice de Rouen en vue d'une comparution immédiate dans l'après-midi. Le détenteur de plants de cannabis a fait l'objet quant à lui d'un rappel à la loi en tant que consommateur et d'une convocation pour une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (plaider-coupable) pour détention de produits stupéfiants.







Réagissez à cet article

1.Posté par Jean-Pierre Bernard le 23/05/2015 14:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Belle saisie ! Mais stocks à détruire le plus rapidement possible.
Concernant le cannabis, les arguments pour le légaliser sont assez surprenants…L’un est : la prohibition incite à la consommation . Mais…pourquoi le légaliser, alors que la légalisation (très ancienne, vous en conviendrez) pour l'alcool, voire plus récente avec les psychotropes, n'a pas du tout, mais vraiment pas du tout limité leur consommation ? Cela ferait une drogue libre en masse sur le marché, sans possibilité de la diminuer, et dont les effets s‘ajouteraient à celles en consommation.
Aussi faut-il l'interdire, sans toute fois punir sévèrement : une confiscation, avec la destruction des stocks saisis, et une confiscation de la logistique de production ou de transport qu’utilisent les dealers seraient une sanction suffisante. Le tout accompagné de campagnes d’information réelle : faite par des médecins, des pompiers et des chercheurs, et d'anciens toxicomanes de la dite drogue.
Ses vertus médicales ne sont pas concernées dans mon optique, et devraient être encadrées par la médecine et une agence officielle d’État.

2.Posté par Jean-Pierre Bernard le 23/05/2015 14:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bravo… à court terme cependant.
L'idéal serait de savoir ce qui pousse certaines personnes à consommer de la drogue, et pas les autres !
Une explication a été proposée par Ron Hubbard, humaniste américain : c'est l'incompréhension de ce qui se passe, notamment à travers les mots utilisés. Ceci frappe surtout les écoliers ( à travers les textes étudiés ou à apprendre) ; écoliers, donc, qui ne connaissent pas le sens des mots utilisés, et ne comprennent pas la Société. Ils n'arrivent pas à en faire partie, et alors ils se tournent vers les drogues. La solution, c’est donc de clarifier la bonne définition des mots courants dans un bon dictionnaire ; et pour les termes techniques, c'est de lire et comprendre leur définition dans le glossaire adéquat.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com