Publicité.



L'art de gagner de l'argent en transformant votre voiture en panneau publicitaire


Publié le Lundi 29 Avril 2013 à 01:20 l Actualisé le 01/05 - 18:29


Geoffroy Ottonelli a choisi un emplacement idéal, à deux pas du centre ville de Vernon, pour installer sa boutique (Photo infonormandie.com)
Geoffroy Ottonelli a choisi un emplacement idéal, à deux pas du centre ville de Vernon, pour installer sa boutique (Photo infonormandie.com)
Une nouvelle enseigne commerciale a fait son apparition à Vernon.
GO COMM - entendez Geoffroy Ottonelli communication - propose un concept original : faire gagner de l'argent à des particuliers acceptant d'apposer des messages publicitaires sur leur voiture.

L'idée n'est peut être pas nouvelle, mais elle tend à se développer dans certaines régions. Geoffroy Ottonelli a donc voulu saisir cette opportunité, d'autant que dans la région de Vernon, il n'existe pas ce type de service.

Une boutique bien placée à Vernon

A 26 ans, ce jeune diplômé en marketing commercial a franchi le pas après un an d'une mûre réflexion. Il a créé sa SAS (société par actions simplifiées) en septembre dernier, associé avec son père. Il a alors commencé à démarcher des annonceurs publicitaires pour leur proposer ses services. Et c'est plutôt bien parti.

Dans quelques jours, la boutique Go Comm située 117, rue Carnot, à Vernon, à deux pas du centre ville, va ouvrir ses portes officiellement au public.

Jusqu'à 1.000 euros de gains par an

Le mode de fonctionnement est relativement simple. Go Comm propose à ses clients potentiels - hypermarchés et supermarchés, compagnie d'assurances, banques, artisans, commerces de proximité - de relayer une campagne publicitaire via des voitures de particuliers. La société de Geoffroy Ottonelli s'occupe de tout, et surtout de trouver les intéressés en échange d'une rémunération pouvant leur rapporter jusqu'à 1.000 euros par an.

Des obligations strictes

L'automobiliste doit se soumettre à certains obligations : avoir un véhicule en bon état, bien entretenu, parcourir un minimum de kilomètres par mois. Il doit aussi et surtout être respectueux des autres sur la route, ne pas stationner sa voiture n'importe où, sur les places réservées aux personnes handicapées par exemple. Il en va de la notoriété et de l'image qu'il véhicule de la marque commerciale qu'il est censé promouvoir.

Tout est bien pensé pour que la campagne publicitaire de son client soit productive et efficace. "J'adapte le type de véhicule en fonction du message publicitaire. Il faut que le véhicule du particulier soit bien visible sur un parking d'entreprise ou sur la voie publique et à des endroits très fréquentés.

Le recrutement a commencé

A la fin de la campagne publicitaire qui dure en moyenne quinze jours, l'automobiliste reçoit un chèque de 30 euros pour une publicité sur la lunette de son véhicule ou sur une portière. Il peut accepter d'avoir plusieurs "pubs" d'annonceur différents"
, explique Geoffroy Ottonelli.

D'ores et déjà, Go Comm a lancé une opération de recrutement via son site internet (www.gocomm.fr). Il suffit de s'inscrire en répondant à un certain nombre de questions. La candidature est alors examinée par Geoffroy Ottonelli, puis acceptée ou refusée. De son côté, le candidat à trois jours pour donner sa réponse.

Go Comm ne s'impose pas de restrictions contrairement à ses concurrents qui imposent parfois un type bien spécifique de véhicules : "moi, c'est la voiture de monsieur tout le monde qui m'intéresse".

Contact :
- 06 642166 55
- gocomm@live.fr

Qui est Geoffroy Ottonelli ?

De la pub sur sa voiture peut rapporter jusqu'à 1.000 euros par an, promet le jeune patron de Go Comm (Photo infonormandie.com)
De la pub sur sa voiture peut rapporter jusqu'à 1.000 euros par an, promet le jeune patron de Go Comm (Photo infonormandie.com)
Originaire de Saint-Just, près de Vernon, Geoffroy Ottonelli a fait ses études secondaires au lycée Dumézil, à Vernon. Après son bac, il a entrepris un BTS commercial à Paris. Il a pu ainsi concilier théorie et pratique en travaillant par alternance chez un fleuriste de Vernon.

Après une formation Bac+3 en vente-marketing à Ecofic, l'école de la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de l'Eure, il est entré dans la vie active en qualité de directeur adjoint du restaurant Flunch aux Docks de Rouen.

Il a travaillé ensuite dans une agence immobilière de Rouen, avant de créer en qualité d'auto-entrepreneur, une petite structure spécialisée dans le service à la personne. "Cela m'a permis de mieux comprendre le fonctionnement d'une micro-entreprise. Une expérience pour franchir le cap d'une vrai société", souligne Geoffroy Ottonelli.





EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos




Plus d'infos en cliquant sur l'image







PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE