Publicité.



"L'arnaque à la zaïroise" a coûté 40 000€ à cinq agences bancaires de Dieppe


Publié le Mercredi 9 Octobre 2013 à 19:03 l Actualisé le 10/10 - 18:40


Les chèques volés étaient blanchis sur des comptes bancaires ouverts frauduleusement. L'argent était ensuite récupéré en liquide via des retraits répétés avec une carte bancaire (Photo d'illustration Flickr/aléchanvrier
Les chèques volés étaient blanchis sur des comptes bancaires ouverts frauduleusement. L'argent était ensuite récupéré en liquide via des retraits répétés avec une carte bancaire (Photo d'illustration Flickr/aléchanvrier
SEINE-MARITIME  - Cinq agences bancaires de Dieppe font leurs comptes après avoir été victimes d'un escroc de haut vol. Le suspect, âgé de 25 ans, qui vient d'être interpellé n'était sans doute qu'un maillon d'une chaîne spécialisée dans ce que les policiers appellent "l'arnaque à la zaïroise". 

Un mode opératoire qui a fait ses preuves mais qui peut aussi avoir ses failles, comme en témoigne cette affaire que la brigade financière de la Sûreté départementale vient de solutionner.

Les premiers faits remontent au 19 septembre. Ce jour-là, un homme que nous prénommerons "Guy" se présente au guichet de La Poste de Dieppe. Il veut virer une somme de 4 500 euros par mandat cash à un correspondant parisien. Un moyen pratique pour faire circuler rapidement des espèces en France et à l'étranger. Le mandat est bien parti mais n'arrivera pas aussi facilement à son destinataire.

Démasqué par la guichetière

Car lorsque le destinataire censé encaisser l'argent  se présente au bureau de poste de Paris-Montparnasse, il se voit opposer un refus catégorique. La guichetière remarque en effet que la pièce d'identité qu'il présente est tout simplement fausse. L'individu ne demande pas son reste, il prend la fuite immédiatement et les policiers parisiens n'ont pas réussi à retrouver sa trace.

Tout n'est cependant pas perdu. Le 23 septembre, "Guy" revient au bureau de poste de Dieppe. Il entend bien récupérer les fameux 4 500 euros "bloqués" par La Poste. En vain. D'autant que l'administration postale constate que l'homme se fait adresser son courrier personnel en poste restante à Dieppe. Et la plupart des lettres dont il est destinaire proviennent curieusement d'établissements bancaires.

Détenteur d'un passeport falsifié

Des faits troublants qui sont portés à la connaissance des services de police. La brigade financière prend l'affaire en main et "cible" le suspect, qui est placé sous étroite surveillance. 

Le 4 octobre, les enquêteurs disposent de suffisamment d'éléments pour interpeller le jeune homme, alors qu'il vient chercher du courrier en poste restante. Il est placé en garde à vue. Sur lui, les policiers saisissent un passeport falsifié. Ce document officiel dont il a remplacé la photo par la sienne a été volé le 13 août dernier à un habitant d'Aix-en-Provence. Il déclare aux policiers qu'il est sans domicile fixe et qu'il sert de "mule" pour un réseau stucturé. Et s'il fait ça c'est parce qu'il a une dette envers le chef de ce réseau.

40 000 euros de préjudice

Ces explications n'ont pas totalement convaincu les enquêteurs. Le jeune homme n'en est pas à son coup d'essai : il a été condamné pour des faits similaires le 27 novembre 2012 par le tribunal correctionnel de Nanterre (Hauts-de-Seine).

L'enquête policière a permis d'établir que cinq agences bancaires de Dieppe ont été escroquées par "Guy". Le montant du préjudice pourrait atteindre autour de 40 000 euros.

L'escroc présumé qui aurait reconnu les faits selon la police, a fait l'objet d'une procédure pour erscroquerie en bande organisée et en état de récidive légale. Il a été placé sous mandat de dépôt en attendant son procès qui est fixé au 20 mai 2014.

Un mode opératoire bien rodé

Les escroqueries "à la zaïroise" ne sont pas nouvelles. Elles doivent leur nom à une bande organisée qui a sévi pour la première à partir du continent africain.

Dans le cas de l'affaire de Dieppe, le mode opératoire était le même : "Guy" ouvrait des comptes bancaires sous un nom d'emprunt, en fournissant des papiers d'identité falsifié, de fausses feuilles de paie et de quittance EDF. Pour donner du crédit à sa démarche vis-à-vis du banquier, il déposait un chèque ou deux, sur ledit compte. Il s'agissait bien sût de chèques volés.

Au bout de quelques jours, mais assez rapidement pour ne pas être démasqué, il retirait en espèce, via ses cartes bleues, le maximum de l'argent qu'il avait déposé. Il procédait ainsi dans chacune des cinq banques dieppoises où il avait ouvert un compte, à savoir la Bred, le CIC, la Société Générale, le Crédit Lyonnais, le Crédit Agricole.

Comme l'indique un article publié sur le site Points de Vente.fr ...en 2001, sept sociétés exploitant des enseignes Intermarché et Leclerc en Seine-Maritime avaient été victimes déjà d'escroqueries "à la zaïroise".  C'était donc il y a douze ans !





EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos




Plus d'infos en cliquant sur l'image







PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE