Publicité.



Jérôme Cahuzac : les explications et le mea culpa de l'ancien ministre du Budget


Publié le Jeudi 4 Avril 2013 à 23:19 l Actualisé le 05/04 - 00:31


Jérôme Cahuzac
Jérôme Cahuzac
Jérôme Cahuzac reconnaît avoir "été pris dans une spirale du mensonge", après avoir révélé lui-même l'existence d'un compte bancaire en Suisse.

Une révélation qui a mis la classe politique dans tous ses états. Les uns, parmi les plus "modérés" réclament la démission du gouvernement, d'autres (l'extrême droite) la dissolution de l'Assemblée nationale et de nouvelles élections.

François Hollande, au plus bas dans l'opinion des Français (sa cote de confiance est créditée de 27% dans un dernier sondage) a répété ce jeudi 4 avril : "ce n'est pas le gouvernement qui est en cause, c'est un homme qui a failli".

Combien de Jérôme Cahuzac, qu'ils soient de droite ou de gauche, ont été ministres sous la 5ème République ? Les hommes politiques - et les Français en général - ont la mémoire courte...

Qui s"émeut ce jeudi soir d'apprendre que le parquet général de Bordeaux s'apprête à requérir un non-lieu pour Nicolas Sarkozy, mis en examen pour abus de faiblesse dans l'affaire Bettencourt ?

L'ancien ministre du Budget a menti certes, comme beaucoup d'autres. Faut-il pour autant faire le procès de tout un gouvernement ?

Le mea culpa de Jérôme Cahuzac

Voici ce qu'écrit Jérôme Cahuzac sur son blog, mardi 2 avril à 15 h 52.

"Par lettre du 26 mars 2013, j’ai demandé à Messieurs les juges d’instruction Roger Le Loire et Renaud Van Ruymbeke de bien vouloir me recevoir afin que, délivré des obligations de ma fonction, je puisse enfin donner les explications qui s’imposent au regard de la détention à l’étranger d’un compte bancaire dont je suis le bénéficiaire depuis une vingtaine d’années.

J’ai rencontré les deux juges aujourd’hui (ndlr :mardi 2 avril) . Je leur ai confirmé l’existence de ce compte et je les ai informés de ce que j’avais d’ores et déjà donné les instructions nécessaires pour que l’intégralité des actifs déposés sur ce compte, qui n’a pas été abondé depuis une douzaine d’années, soit environ 600.000 €, soient rapatriés sur mon compte bancaire à Paris.

"Je suis dévasté par le remord" *

A Monsieur le Président de la République, au Premier Ministre, à mes anciens collègues du gouvernement, je demande pardon du dommage que je leur ai causé. A mes collègues parlementaires, à mes électeurs, aux Françaises et aux Français j’exprime mes sincères et plus profonds regrets. Je pense aussi à mes collaborateurs, à mes amis et à ma famille que j’ai tant déçus.

J’ai mené une lutte intérieure taraudante pour tenter de résoudre le conflit entre le devoir de vérité auquel j’ai manqué et le souci de remplir les missions qui m’ont été confiées et notamment la dernière que je n’ai pu mener à bien. J’ai été pris dans une spirale du mensonge et m’y suis fourvoyé. Je suis dévasté par le remord.

Penser que je pourrais éviter d’affronter un passé que je voulais considérer comme révolu était une faute inqualifiable. J’affronterai désormais cette réalité en toute transparence".


* Intertitre de la rédaction





SEINE-MARITIME | POLITIQUE | ROUEN | LE HAVRE | EURE | NORMANDIE




Plus d'infos en cliquant sur l'image







PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE