infoNormandie






Publicité.





infoNormandie.com



 







"Je l'ai en travers de la gorge" témoigne la victime d'un vol de lingots d'or dans l'Eure


Publié le Lundi 11 Août 2014 à 15:47

Thibaut Beauté, la victime, est maire de Notre-Dame-de-l'Isle, une commune d'à peine 700 âmes
Thibaut Beauté, la victime, est maire de Notre-Dame-de-l'Isle, une commune d'à peine 700 âmes
L'affaire avait été tenue secrète jusqu'à aujourdhui. Sans doute pour les besoins de l'enquête. Mais à un moment, les langues se délient... Les victimes elles-mêmes se sentent alors libérées de "toute obligation de réserve" et peuvent exprimer leur colère.

Thibaut Beauté, maire de Notre-Dame-de-l'Isle, n'en revient toujours pas même si longtemps après. Il s'est fait voler, chez lui, dans sa propriété, un trésor dont il ne soupçonnait pas l'existence : une quinzaine de lingots d'or et une collection de pièces américaines, le tout d'une valeur estimée à 900 000€ ! Quand même.

"Chaque matin, on leur offrait café et croissants"

Thibaut Beauté témoigne à infoNormandie.com
Thibaut Beauté témoigne à infoNormandie.com
Thibaut Beauté, 57 ans, témoigne à infoNormandie.com : "Les faits remontent à avril 2011. Après que nous ayons acheté une longère à Notre-Dame-de-l'Isle en 2000, à un parisien, nous avons décidé en 2011 de faire des travaux d'extension. 

En 2011, mon épouse et moi avons ainsi décidé d'aménager une ancienne grange attenant au bâtiment principal pour en faire une cuisine. Comme il y avait de gros travaux à réaliser, notamment de terrassement, j'ai confié le chantier à l'entreprise Langlais des Andelys. Les travaux ont duré trois mois, et nous avons été satisfaits du résultat.

Mais, nous l'avons su bien après, au bout de deux ou trois jours, les ouvriers ont découvert un magot, une quinzaine de lingots d'or et une collection de pièces d'or, en faisant les terrassements à l'intérieur de la grange. Ils n'ont rien dit à personne, bien sûr. Chaque matin, et pendant trois mois, mon épouse leur a offert le café et les croissants... Autant dire que nous l'avons en travers de la gorge. Car nous avons quand même été spoliés, même si ce trésor ne nous appartenait pas directement".


"Tout le monde s'est sucré au passage"

Thibaut Beauté et son épouse n'ont plus que les yeux pour pleurer. Il ne reste rien du trésor. "Tout a été revendu, notamment à un numismate de Pose qui a pignon sur rue. Et compte tenu de la provenance douteuse des lingots d'or et des pièces de collection, tout le monde en a profité pour se sucrer au passage". Les trois "bénéficiaires", eux, ont vécu comme des nabab : "ils ont pu s'offrir des vacances que nous ne pouvons pas se payer"
 
D'où vient alors ce trésor ? Thibaut Beauté en n'a pas la moindre idée. Il s'est rapproché de Michel de Decker, un historien local, pour tenter de savoir à quoi correspondent les pièces d'or américaines qui faisaient partie du magot. Des pièces datées de 1924 à 1929, à une époque des impressionnistes où on venait de partout dans le monde voir le maître Claude Monet à Giverny. "Cela remonterait à cette période", se risque le maire de Notre-Dame-de-l'Isle

"Tu vas peut-être trouver un trésor", me disait mon fils

Thibaut Beauté ne verra jamais la couleur de la quinzaine de lingots d'or qui auraient dû lui revenir après leur découverte dans sa propriété
Thibaut Beauté ne verra jamais la couleur de la quinzaine de lingots d'or qui auraient dû lui revenir après leur découverte dans sa propriété
La vie de Thibaut Beauté, fonctionnaire territorial, a "basculé" en septembre 2013, quand la police judiciaire l'a informé de la chose. C'est en réalité des mouvements suspects - un virement de 270 000 € - sur le compte bancaire d'un des ouvriers qui a mis la puce à l'oreille à Tracfin, un organisme du ministère de l'Economie chargé du traitement du renseignement contre les circuits financiers clandestins.
 
Pour autant, Thibaut Beauté, fonctionnaire territorial, élu maire de la commune en mars dernier, reste un peu philosophe : "A chaque fois que j'ai fait des travaux dans cette maison, mon fils me répétait : tu vas peut-être trouver un trésor..."

Les trois présumés voleurs, originaires de la région des Andelys, attendent maintenant leur citation devant le tribunal correctionnel. Ils devraient être jugés le 5 décembre prochain. Dans l'immédiat, ils sont poursuivis pour "vol en réunion" et encourent cinq ans d'emprisonnement.

















Publicité.











PUBLICITE













Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE