"Je l'ai désarmé et frappé avec la crosse de son arme", raconte le buraliste braqué à Tôtes


Mardi 29 Avril 2014 à 19:32 l Actualisé Mardi 29 Avril 2014 - 20:42



TEMOIGNAGE. Le gérant du bar-tabac La Civette, un commerce situé dans le centre ville à l'angle de la route du Havre et de la rue Guy de Maupassant, à Tôtes, a fait preuve d'un incroyable courage en s'opposant avec force et sang-froid à l'individu qui le braquait avec une arme de poing.

La scène se déroule ce mardi 29 avril, vers 14 h 50. Un homme encagoulé fait irruption dans le commerce et pointe son arme directement vers le patron. "File ta caisse, en vitesse", menace le malfaiteur. Le sang de Christophe, 48 ans, ne fait qu'un tour : le patron du bar a immédiatement le réflexe en guise de réponse d'assèner un coup de poing au visage de son agresseur.

"Je l'ai désarmé et frappé avec son pistolet"

Dans le même temps, il saisit l'arme qui est braquée sur lui et dirige le canon vers le plafond. "Mon fils de 16 ans qui jouait au flipper à l'autre bout du bar, est arrivé en courant et a bousculé violemment  le braqueur qui, déséquilibré, s'est retrouvé les quatre fers en l'air dans les présentoirs à journaux", raconte le buraliste à infoNormandie.com.

"J'ai réussi à le désarmer et je l'ai alors frappé sur la tête avec la crosse de son pistolet". Dans la bagarre, le commerçant a également réussi à ôter la cagoule de son agresseur. "J'ai pu ainsi voir sa tête, c'est un homme d'une quarantaine d'années. Il est costaud car il s'est relevé, la tête ensanglantée, et est parti en courant".

"C'est l'adrénaline qui m'a guidé"

Le fils de la victime s'est lancé à pied à la poursuite du malfaiteur qui a disparu à travers champs. Des témoins l'auraient aperçu en train de monter dans une voiture garée dans un chemin à la sortie de la commune et au volant de laquelle attendait un complice.

Christophe n'a, à aucun instant, mesuré le danger. L'arme était authentique mais heureusement elle n'était pas chargée. "C'est l'adrénaline qui m'a guidé à réagir de la sorte. Certains auraient levé les bras, moi ce n'est pas dans mon tempérament. On se casse la tête à travailler 14 heures par jour, alors vous comprenez..."

Ce mardi après-midi, il n'y avait pas de clients dans le bar "et ma femme venait de partir à l'extérieur", souligne le buraliste qui est installé depuis six ans et demi à Tôtes. "C'est la première fois que mon établissement est victime d'un braquage".

Important dispositif de recherches 
 
Un plan de recherche immédiat (PRI) a été immédiatement déclenché. Les gendarmes des compagnies de Dieppe, Yvetot, Rouen et Neufchâtel ont quadrillé toute la région, en vain. Le véhicule signalé n'a pas été retrouvé.
 
La Cellule d'identification criminelle (CIC) de Rouen est venue sur place afin de procéder aux habituelles constatations (relevés de traces et d'empreintes). L'enquête a été confiée à la brigade de Tôtes épaulée par la brigade de recherche de Dieppe.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com