Insécurité routière : 227 conducteurs verbalisés en quelques jours sur les routes de l'Eure


Mardi 6 Décembre 2016 à 11:52

La préfecture a accentué les contrôles : 38 personnes sont mortes dans des accidents de la route depuis le début de l'année, soit 8 de plus que l'année précédente (Photo©DR)
La préfecture a accentué les contrôles : 38 personnes sont mortes dans des accidents de la route depuis le début de l'année, soit 8 de plus que l'année précédente (Photo©DR)
Trente-huit personnes ont trouvé la mort dans des accidents de la route depuis le début de l'année, dans l'Eure. Soit huit de plus qu'à la même période en 2015. Les chiffres comptabilisés par la préfecture de l'Eure font état de 293 accidents et 409 blessés (chiffres provisoires arrêtés au 4 décembre).

Une situation qui a conduit le préfet du département à accentuer les contrôles routiers, dans le cadre de la lutte menée contre l'insécurité routière. 

La vitesse en ligne de mire

Trois opérations ont ainsi été mises en place ces derniers jours par les forces de police et de gendarmerie à Évreux, Brionne et Bézu-Saint-Eloi, en présence de représentants de l'autorité préfectorale.

« Ces actions d'envergure ont permis de mettre en exergue de nombreuses infractions au code de la route », indique la préfecture, qui détaille :
- 211 excès de vitesse,
- 2 conduites sous l'emprise d'un état alcoolique,
- 1 conduite sous stupéfiants,
- 7 défauts de permis de conduire,
- 3 défauts d'assurance,
- 3 utilisations du téléphone au volant.

Nouvelles sanctions en vigueur

Ces contrôles routiers ont vocation à rappeler les dangers de la route et à sanctionner les comportements à risque, insiste encore le préfet, tout en rappelant que depuis le 20 novembre, deux nouvelles mesures de répression de la délinquance routière sont en vigueur :

Les véhicules contrôlés en dépassement de 50 km/h de la vitesse maximale autorisée pourront être immobilisés et immédiatement placés en fourrière par les forces de l'ordre dès la première infraction.
 
La création d'un délit spécifique de conduite d’un véhicule lorsqu'un conducteur fait usage d’un permis de conduire faux ou falsifié. Ce délit est sanctionné par une condamnation à cinq années d’emprisonnement, 75 000 euros d’amende et plusieurs peines complémentaires, dont celle de confiscation obligatoire du véhicule.














Publicité.











PUBLICITE








PUBLICITE










Suivez-nous sur Facebook