Hervé Morin obtient des trains neufs pour la Normandie


Jeudi 18 Février 2016 à 21:25 l Actualisé Jeudi 18 Février 2016 - 23:58



L’Etat s’est engagé à financer l’achat de matériel ferroviaire neuf pour équiper les lignes Paris-Caen-Cherbourg et Paris-Rouen-Le Havre, a annoncé ce jeudi soir Hervé Morin (Illustration des nouveaux TER en région Aquitaine)
L’Etat s’est engagé à financer l’achat de matériel ferroviaire neuf pour équiper les lignes Paris-Caen-Cherbourg et Paris-Rouen-Le Havre, a annoncé ce jeudi soir Hervé Morin (Illustration des nouveaux TER en région Aquitaine)
Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Jean-Baptiste Gastinne, vice-président en charge des transports, ont rencontré, ce jeudi 18 février, Alain Vidalies, secrétaire d'Etat en charge des Transports, de la Mer et de la Pêche. L’Etat s’est ainsi engagé à financer l’achat de matériel ferroviaire neuf pour équiper les lignes Paris-Caen-Cherbourg et Paris-Rouen-Le Havre. En contrepartie, la Région reprendra, comme elle s’y était engagée, la gouvernance des lignes ferroviaires normandes. 
 
Depuis son élection à la présidence de la Région Normandie et "conformément à ses engagements de campagne", Hervé Morin a fait du sujet ferroviaire sa priorité. A plusieurs reprises, le Président de Région a rencontré Guillaume Pepy, le Président de la SNCF, et a interpellé le Gouvernement sur l’urgence de la situation ferroviaire en Normandie, notamment lors de sa rencontre avec le Premier ministre, Manuel Valls, le 18 janvier dernier.

Plus récemment, il a adressé un courrier au Premier ministre, avec le soutien de parlementaires normands, pour lui faire part de sa volonté d’obtenir rapidement de l’État des investissements en matériel pour les lignes Intercités normandes.
« Je me réjouis d’avoir obtenu de l’Etat cet engagement pour les Normands. La situation actuelle du transport ferroviaire en Normandie, dont l’immobilisme des précédents exécutifs régionaux normands ces dix dernières années est en partie la cause, n’est plus acceptable. Le rapport Duron avait réduit la Ligne Nouvelle Paris-Normandie à peau de chagrin, recommandait la fermeture des gares et la réduction de la fréquence des trains. Notre réponse est, au contraire, l’investissement dans les lignes normandes pour les moderniser et leur impulser une nouvelle dynamique. » 

Après sa rencontre avec Alain Vidalies, secrétaire d'Etat en charge des Transports, de la Mer et de la Pêche, Hervé Morin se réjouit que l’objectif partagé de l’Etat et de la Région soit de répondre rapidement à une situation scandaleuse de la desserte ferroviaire en Normandie : « Nous souhaitons l’un et l’autre qu’un accord financier soit trouvé au 31 mars  entre l’Etat et la Région tant pour la ligne Paris-Caen-Cherbourg, que pour celle de Paris-Rouen-Le Havre. »
 

Afin de pouvoir aboutir le Secrétaire d’Etat aux Transports a indiqué qu’il était ouvert à la proposition innovante de la Région Normandie consistant à prendre la gouvernance des trains Intercités entre Paris et la Normandie.
 
Enfin, il a été convenu qu’il faudra procéder à un achat spécifique permettant de répondre tant en terme de vitesse que de capacité aux besoins de la Normandie.
 
« On peut donc espérer qu’avant 2020 la Normandie ait enfin des conditions de transport dignes de ce nom »,  conclut le Président Hervé Morin.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com