Gisors. L'auteur de deux vols par effraction et d'un refus d'obtempérer arrêté à Paris par les gendarmes


Mercredi 19 Novembre 2014 à 20:15

L'auteur présumé de deux cambriolages sur un terrrain de camping de la région de Gisors (Eure) et d'un refus d'obtempérer vient d'être interpellé par la gendarmerie. Le jeune homme, âgé de 20 ans, était recherché depuis quelques mois. Il était inscrit au fichier national des personnes recherchées et son signalement avait été diffusé à tous les services de police et de gendarmerie. C'est d'ailleurs grâce à cette procédure qu'il a pu être localisé à Paris. 

Soupçonné de deux cambriolages

Les faits dont il est soupçonné remontent à l'été dernier. Deux vols par effraction sont constatés sur le terrain de camping où le jeune Gisorcien est lui même locataire d'un chalet. Les investigations des gendarmes permettent rapidement de le mettre en cause dans ces vols. De même qu'il est mis en cause dans un refus d'obtempérer commis au mois d'août dernier.

Le jeune homme est en effet repéré alors qu'il circule dans Gisors sans casque au guidon d'une moto. Les gendarmes tentent de l'intercepter mais le pilote du deux-roues refuse de s'arrêter et prend la fuite. La moto est retrouvée un peu plus tard abandonnée : elle a été volée en région parisienne. 

Interpellé à Paris

Depuis, le suspect est introuvable. C'est grâce en fait à des informations fournies par la police parisienne que la piste du Gisorcien est retrouvée il y a quelques jours. Hier mardi, les enquêteurs de la communauté de brigades de Gisors - Etrépagny sont allés l'interpeller pour le ramener à Gisors où il a été placé en garde à vue.

Lors de son audition, le mis en cause a reconnu les deux cambriolages et le refus d'obtempérer. Il a expliqué avoir pris la fuite en voyant les gendarmes parce qu'il n'a pas le permis de conduire, qu'il circulait sans casque et savait que la moto était d'origine douteuse.

Le Gisorcien a été remis en liberté. Il devra répondre à une convocation par officier de police judiciaire (COPJ) pour être jugé en avril prochain devant le tribunal correctionnel d'Evreux.














Publicité.














PUBLICITE













Suivez-nous sur Facebook