Fécamp : il raconte des tas de bobards aux policiers par peur de perdre son permis...


Vendredi 7 Août 2015 à 12:08 l Actualisé Samedi 8 Août 2015 - 16:03



@Illustration. Le Fécampois a reconnu lors de sa garde à vue avoir menti sur le déroulement des faits. Il comparaitra le 19 janvier prochain devant le tribunal correctionnel du Havre
@Illustration. Le Fécampois a reconnu lors de sa garde à vue avoir menti sur le déroulement des faits. Il comparaitra le 19 janvier prochain devant le tribunal correctionnel du Havre
Affaire rondement menée par les policiers de Fécamp (Seine-Maritime). Mardi 4 août, vers 7 heures, une patrouille remarque une Citroën Xsara accidentée sur un parking de la ville, rue de l'Inondation. Elle a percuté et endommagé un poteau électrique. Aucune trace d'effraction n'est relevée sur les portes du véhicule. En faisant des recherches, les gardiens de la paix découvrent les clefs de contact quelques mètres plus loin.

"On m'a volé ma voiture"

Le commissariat de Fécamp prend attache avec le propriétaire du véhicule, un Fécampois de 36 ans, et lui demande de se présenter. Ça tombe bien : l'homme explique qu'il a prévu d'aller a l'hôtel de police pour déposer plainte pour le vol de sa Citroën Xsara.

Aux enquêteurs, il raconte qu'il a passé la soirée puis la nuit chez une amie. Il indique qu'il s'y est rendu à pied. Mais le lendemain matin, de retour chez lui, il a constaté que son véhicule avait été volée. Il précisait avoir laissé les clefs sur le contact.

Les policiers sont dubitatifs. Ils ne comptent pas lâcher l'affaire. L'amie en question est convoquée au commissariat. Elle s'y présente dans la journée. Présentant les signes de l'ivresse, elle est d'abord placée en dégrisement avant de pouvoir être entendue.

Placé en garde à vue

Lors de son audition, elle confirme que son ami à bien passé la soirée avec elle et qu'ils ont consommé de l'alcool. Point de détail qui a son importance : elle affirme qu'il est venu et reparti dans la nuit au volant de sa voiture.

Le Fécampois est placé en garde à vue et finit par reconnaitre que sa voiture n'a pas été volée et qu'il est bien allé avec chez son amie. Il dit avoir menti de peur de perdre son permis de conduire.

Ce n'est pas tout. Il donne alors une nouvelle version des faits. Selon lui, il est allé dans la nuit chez une seconde amie et a entrepris, après quelques verres, de lui apprendre à conduire. Et c'est donc à cette occasion que l'apprentie conductrice a percuté le poteau électrique d'après ses déclarations.

Du cannabis à son domicile

L'enquête de la brigade de sûreté urbaine devait révéler une autre surprise : la découverte au domicile de l'individu d'un plant de cannabis, destiné selon lui à sa consommation personnelle.

Le mis en cause a été remis en liberté, avec une CRPC, comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, pour le 19 janvier 2016 devant le tribunal correctionnel du Havre.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com