Eure.

Evreux : le père de famille en état d'ivresse s'en prend à son ex-compagne et aux policiers


Lundi 5 Décembre 2016 à 19:29

Le père de famille a été placé en chambre de sûreté jusqu'à son dégrisement (Illustration©DGPN)
Le père de famille a été placé en chambre de sûreté jusqu'à son dégrisement (Illustration©DGPN)
Un père de famille a été placé en garde à vue vendredi 2 décembre pour violences sur personne dépositaire de l'autorité publique, en l'occurrence des fonctionnaires de police du commissariat d'Evreux

A l'origine, vers 21 heures 30, police-secours est appelée à intervenir au domicile d'une femme, qui habite à Evreux. Cette dernière déclare avoir refusé de remettre ses enfants à son ex-compagnon qui en avait la garde pour le week-end. Elle justifie sa décision par le fait que le père des enfants était en état d'ivresse et pas en état de conduire son véhicule. 

Il insulte les policiers

La mère de famille accepte d'accompagner les policiers pour tenter de le retrouver. Apercevant son ex-compagne, l'homme se met à l'insulter et à la menacer malgré la présence des forces de l'ordre. Il est interpellé pour ivresse publique manifeste (IPM).

Alors qu'il est conduit à l'hôpital pour vérifier si son état de santé est compatible avec une garde à vue, l'homme s'énerve brusquement dans la voiture de police, puis insulte copieusement les fonctionnaires. Une fois à l'hôpital, et alors qu'il est menotté, il tente de se battre avec ces mêmes policiers, dont deux d'entre eux sont légèrement blessés en le maîtrisant.

...et fait scandale à l'hôpital

Enfermé dans une cellule spécialement aménagée dans l'enceinte de l'hôpital, l'individu s'emporte encore et endommagé à coups de poing et de pied les parois de la cellule hospitalière. De retour au commissariat, il se rebelle et brise un équipement radio, avant d'être placé en chambre de sûreté pour dégrisement.

Auditionné le lendemain matin, le père de famille a reconnu plus ou moins les faits. Sur instruction du parquet, il a finalement été remis en liberté dans l'attente de connaître le montant du préjudice matériel. 














Publicité.











PUBLICITE








PUBLICITE










Suivez-nous sur Facebook