Eure : toute l'équipe d'agresseurs qui avait menacé et ligoté des personnes âgées est sous les verrous


infoNormandie / Jeudi 26 Janvier à 16:47

Les derniers auteurs de deux violentes agressions commises à Andé et Tostes (Eure) en septembre dernier viennent d'être arrêtés par les gendarmes. Ils avaient menacé et ligoté des personnes âgées à leur domicile pour leur voler quelques bijoux.

Les deux derniers agresseurs viennent d'être arrêtés par les gendarmes (illustration)
Les deux derniers agresseurs viennent d'être arrêtés par les gendarmes (illustration)
En septembre 2016, deux vols avec violences étaient successivement commis à une semaine d'intervalle dans des résidences à Andé, puis à Tostes (Eure), selon un mode opératoire semblable.

Lors des faits, des personnes âgées avaient été victimes de violences, de menaces, et avaient été ligotées. Dans les deux cas, le préjudice matériel avait été relativement faible : quelques bijoux et un téléviseur constituant le butin des malfaiteurs.

Impliqués aussi dans un cambriolage

Dans un temps proche du vol avec violences commis à Tostes, un cambriolage avait par ailleurs été commis au Mesnil-Jourdain dans des circonstances permettant de supposer que les mêmes protagonistes étaient impliqués.

L’enquête, confiée à la brigade de recherches de Louviers, avec le concours des brigades territoriales de Louviers et de Pont de l’Arche, avait permis d'identifier, d’interpeller et de placer en garde à vue deux jeunes majeurs, résidant à Val de Reuil, dès le 13 octobre 2016.

Présentés au parquet d’Evreux, ils ont par la suite été mis en examen et placés en détention provisoire dans le cadre d’une commission rogatoire dirigée par un juge d’instruction du tribunal de grande instance d’Evreux.

Deux complices identifiés et interpellés

Les investigations se sont poursuivies et ont abouti à l’interpellation, il y a quelques jours (le 24 janvier), de deux complices résidant également à Val de Reuil : un majeur de 28 ans et un mineur de 17 ans, qui ont été placés en garde à vue.

A l’issue de leur audition, les agresseurs présumés ont été présentés au juge d’instruction, et mis en examen. Le plus jeune a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire, tandis que le majeur a été placé en détention provisoire.

Enfin, l'enquête a permis de faire un rapprochement avec des vols avec violences commis dans deux résidences à Gaillon l'an dernier, le 5 juillet et le 17 août.










Publicité.



PUBLICITE







S'abonner à notre Newsletter



PUBLICITE








Suivez-nous sur Facebook