infoNormandie






Publicité.





infoNormandie.com



 







Eure : le chef d'entreprise invente son agression et le vol avec violences de son somptueux camping-car


Publié le Vendredi 25 Août 2017 à 19:46

Les gendarmes ne sont pas du genre à apprécier les bobards. Un chef d'entreprise d'Evreux, dans l'Eure, l'a appris à ses dépens pour avoir inventé de toute pièce le vol avec violences de son camping-car. En guise de punition, il devra effectuer un stage de citoyenneté.

Le chef d'entreprise affirmait aux gendarmes s'être fait voler son camping-car par deux individus (Photo d'illustration extraite du site de Carthago)
Le chef d'entreprise affirmait aux gendarmes s'être fait voler son camping-car par deux individus (Photo d'illustration extraite du site de Carthago)
L'histoire racontée par cet homme de 64 ans semblait avoir été réellement vécue. A quelques détails près...

Les faits se déroulent ce jeudi 24 août sur une petite route de campagne entre le Mesnil-Fuguet et Tourneville, au nord d'Evreux (Eure). Vers 19 heures, le chef d'entreprise est au volant de son camping-car qu'il est allé récupérer sur son lieu de garage. En chemin, alors qu'il roule vers Tourneville, une petite berline le dépasse, se rabat brusquement devant lui afin de le contraindre de s'arrêter. Il obtempère, il n'a pas le choix. 

Aspergé de gaz lacrymogène par deux individus

L'histoire se corse. Les deux occupants de la berline l'aspergent de gaz lacrymogène et l'obligent à se coucher à terre. Puis l'un des agresseurs saute dans le camping-car, s'installe au volant et s'en va, suivi de son complice, abandonnant sur place leur victime. Traumatisé par cette agression, le sexagénaire se fait conduire à l'hôpîtal.

Dès qu'elle est avisée, la gendarmerie déploie de gros moyens. Elle procède immédiatement à des investigations sur les lieux de l'agression. Les enquêteurs de la brigade de recherches (BR) recherchent d'éventuels indices et traces qui pourraient les aider à remonter jusqu'aux malfaiteurs.

La victime est entendue une première fois, puis une deuxième fois. Les gendarmes relèvent pas mal de contradictions dans sa relation des faits dont il se dit victime. Les enquêteurs mettent alors sur la table des éléments qui finissent par pousser le chef d'entreprise dans ses retranchements. Enfin, acculé, il avoue bien timidement avoir monté de toute pièce cette agression et le vol de son camping-car.

Un camping-car d'une valeur de 85 000€ !

« Il dit avoir confié son camping-car depuis quatre mois à une connaissance, dont il ne se souvient pas du nom curieusement », relate une source proche de l'enquête. Il n'aurait pas pu récupérer son somptueux camping-car Carthago, d'une valeur à l'achat de 85 000€, selon lui, et qui nécessite pour le conduire le permis poids-lourd.

Où est passé le véhicule ? C'est la question que se posent les enquêteurs qui n'écartent pas la piste d'une tentative d'escroquerie à l'assurance.

La pseudo-victime a été laissée libre. En guise de punition, pour avoir grossièrement menti aux gendarmes, le chef d'entreprise ébroïcien devra exécuter un stage de citoyenneté. 


















Publicité.











PUBLICITE













Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE