Les braqueurs ne rechignent plus à aller à la campagne pour faire de mauvais coups. Hier soir, à Surtauville, un village de 450 habitants de l'Eure, ils étaient quatre encagoulés et armés pour attaquer un modeste bar-tabac. Plus grave, les malfaiteurs n'ont pas hésité à faire usage d'une arme à feu.

Eure. Le malfaiteur tire au fusil : trois clients blessés dont un grièvement dans le P'tit Bistrot de Surtauville


Samedi 15 Novembre 2014 à 10:12 l Actualisé Samedi 15 Novembre 2014 - 19:46



Le bar est situé en plein coeur du village, au carrefour de la rue de Venon, de la route du Neubourg et de la route d'Elbeuf. C'est d'ailleurs le seul commerce de Surtauville, un bourg d'un peu plus de 450 habitants entre Louviers (à 9 km) et Le Neubourg
Le bar est situé en plein coeur du village, au carrefour de la rue de Venon, de la route du Neubourg et de la route d'Elbeuf. C'est d'ailleurs le seul commerce de Surtauville, un bourg d'un peu plus de 450 habitants entre Louviers (à 9 km) et Le Neubourg
Un hold-up a  mal tourné hier soir (vendredi) à Surtauville, dans l'Eure. Un malfaiteur a fait usage de son arme, blessant trois clients dont un très grièvement au visage. 

Les faits se sont produits vers 20 h 30. A cet instant, une poignée de clients est encore présente dans le bar-tabac Le P'tit Bistrot, en plein centre de ce bourg de 450 âmes situé sur le plateau du Neubourg à 9 kilomètres de Louviers. Soudain, quatre individus encagoulés arrivent à bord d'une voiture (pas encore identifiée) font irruption dans l'établissement. Ils sont venus visiblement pour dérober la recette de la journée.

Touché en plein visage

Deux des malfaiteurs pénétrent dans le bar. L'un est armé d'un "grand couteau", l'autre d'un fusil de chasse trafiqué (le canon est scié). Que se passe-t-il ensuite ? Un coup de feu est tiré, voire plusieurs (c'est l'enquête qui le déterminera). Trois clients accoudés au comptoir sont touchés : le plus âgé (56 ans) s'écroule, atteint au niveau du visage. Il perd son sang. Les deux autres victimes, un père et son fils âgées de 21 et 45 ans, sont également blessés.

Fait inattendu, au moment du tir l'arme explose littéralement. Les deux malfaiteurs sont-ils pris de panique ? Ils ressortent précipitamment du bar pour rejoindre leurs complices qui font probablement le guet à l'extérieur. Ils remontent dans la voiture qui prend la fuite.

Les secours arrivent rapidement sur les lieux. Le quinquagénaire est pris en charge par l'équipe médicale du SAMU, qui lui prodigue les premiers soins d'urgence, avant d'être évacué par ambulance sur le CHU de Rouen. Les deux blessés sont transportés également à l'hôpital.

Le plan de recherches immédiat déclenché

La gendarmerie met alors un plan de recherche immédiat (PRI) en place dans toute la région. Un message avec le signalement du véhicule et des individus est diffusé aussitôt à toutes les patrouilles. Les service de police sont également informés. Les malfaiteurs n'ont pas été retrouvés ni le véhicule.

Dominique Laurens, procureur de la République d'Evreux est allée sur place, rejoignant le chef d'escadron Johnny Charrier, patron de la compagnie de gendarmerie de Louviers. De gros moyens en enquêteurs sont mobilisés depuis hier soir sur cette affaire criminelle. La cellule d'investigation criminelle d'Evreux a procédé dans la nuit à des relevés de traces et d'indices (recherche d'ADN et d'empreintes). Les restes des projectiles ont été récupérés à des fins d'analyse et des relevés balistiques ont été effectués sur place.

Ce samedi matin, deux des trois victimes ont pu être entendues sur les circonstances du tir. La troisième sera auditionnée dès que son état de santé le permettra. Le témoignage de la gérante du P'tit Bistrot, encore sous le choc, ainsi que des autres témoins de la scène devraient permettre aux gendarmes de la Section de recherche (SR) de Rouen de recueillir de précieux éléments permettant, au mieux, d'identifier les auteurs.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com