Enquête publique : les Normands choisissent leur train


Mercredi 7 Septembre 2016 à 17:12 l Actualisé Jeudi 8 Septembre 2016 - 11:42



« Depuis janvier, nous avons pris à bras le corps le problème des trains normands...», assurent Hervé Morin et Jean-Baptiste Gastinne (Photo@Hamon / Région Normandie)
« Depuis janvier, nous avons pris à bras le corps le problème des trains normands...», assurent Hervé Morin et Jean-Baptiste Gastinne (Photo@Hamon / Région Normandie)
Quels services et quels équipements vous paraissent essentiels lorsque vous voyagez à bord des trains normands ?

C’est la question qui est posée à tous les Normands dans le cadre de l’enquête publique lancée, aujourd'hui mercredi, au conseil régional à Rouen, par Hervé Morin, président de la Région Normandie, et Jean-Baptiste Gastinne, vice-président en charge des transports. L’objectif de cette consultation est de définir les besoins des usagers normands avant de choisir les nouveaux modèles de trains qui seront mis en circulation à l’horizon 2020 dans le cadre du transfert à la Région des trains Intercités.

Les Normands sont invités à donner leur avis, dès à présent, par le biais d’un questionnaire accessible en ligne sur normandie.fr, le site internet de la Région Normandie. La consultation porte sur différents points : les aménagements/équipements dans les trains, le design intérieur, les espaces et services à bord, le nom des nouveaux trains…

Un investissement de 1,2 milliard d'euros

Le 25 avril dernier, au Mont-Saint-Michel, Hervé Morin a signé avec le Premier ministre un protocole d’intentions portant sur le transfert à la Région Normandie, au 1er janvier 2020, de cinq lignes Intercités : Paris-Caen-Cherbourg/Trouville-Deauville, Paris-Rouen-Le Havre, Paris-Granville, Paris-Evreux-Serquigny et Caen-Le Mans-Tours. En contrepartie, la Région a obtenu de l’Etat la remise à niveau des infrastructures (rails et quais) et une participation pour la construction, en Normandie, de nouveaux ateliers de maintenance pour les trains normands. Au total, c’est plus d’1,2 milliard d’euros que l’État investira dans les trains normands.
« Retards à répétition, annulation, inconfort … depuis trop longtemps, la liaison par train entre la Normandie et Paris via les lignes Paris-Rouen-Le Havre et Paris-Caen-Cherbourg est déplorable. Cette situation insupportable n’a que trop duré et c’est pourquoi j’ai souhaité que la Région assure dès 2020 à la place de l’État ce service de transport vital pour les 30 000 Normands qui rallient quotidiennement Paris pour l'attractivité de la Normandie et pour la compétitivité de nos entreprises. » (Hervé Morin)

« Des conditions de transport dignes de ce nom »

« Depuis janvier, nous avons pris à bras le corps le problème des trains normands en ouvrant sans attendre les négociations avec l’Etat pour que la SNCF équipe les lignes Paris-Rouen-Le Havre et Paris-Caen-Cherbourg de trains neufs. D’ici 4 ans, la Normandie aura enfin des conditions de transport dignes de ce nom », assurent Hervé Morin et Jean-Baptiste Gastinne.

« Nous avons entendu le mécontentement des dizaines de milliers d‘usagers normands qui voyagent quotidiennement vers Paris et nous leur proposons aujourd’hui de choisir les nouveaux modèles de trains qui seront mis en circulation à l’horizon 2020. Nous allons définir ensemble à la fois le confort, les couleur, les aménagements et les services que devront offrir les nouveaux trains pour être à la hauteur des besoins et des attentes des Normands. » 



Tags : Normandie, SNCF






Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com