infoNormandie infoNormandie





Publicité.





infoNormandie.com



 







Elbeuf : armé d'un couteau, il blesse une guichetière de la Poste, avant d'être interné


Publié le Vendredi 16 Décembre 2016 à 12:08

L'agression s'est déroulée dans le bureau de poste situé en plein centre-ville, rue des Martyrs (Illustration©Google Maps)
L'agression s'est déroulée dans le bureau de poste situé en plein centre-ville, rue des Martyrs (Illustration©Google Maps)
Une employée du bureau de poste d' Elbeuf (Seine-Maritime) a été blessée à une arcade sourcilière d'un coup de couteau. L'auteur, âgé de 37 ans, a été interpellé à son domicile et interné, sur avis médical, au centre hospitalier spécialisé du Rouvray.

Les faits sont survenus hier, jeudi, à 9 heures 50. Un homme pénètre dans le bureau de poste, se dirige vers le guichet et brusquement, un couteau à la main, se penche vers l'employée qui lui fait face et la frappe avec son arme. La lame entaille sur plusieurs centimètres l'arcade sourcilière gauche de cette postière âgée de 30 ans. 

Blessée et très choquée

Tandis que l'agresseur prend la fuite en courant, employés et clients se portent au secours de la victime, blessée et très choquée. Elle est transportée à l'hôpital. Ses jours ne sont pas en danger.

Sur place, les policiers recueillent un maximum de renseignements sur la description de l'individu qui est rapidement identifié. Il s'agit d'un Elbeuvien bien connu de leurs services. Des recherchent sont immédiatement engagées dans le quartier où il habite. Les forces de l'ordre se présentent alors à son domicile et constatent que la porte de l'appartement est entr'ouverte. L'individu est là, toujours le couteau à la main et menaçant.

Interpellé dans sa chambre

Pour ne pas prendre de risque, les policiers font usage de leur pistolet à impulsion électrique (taser). Mais la décharge ne fait guère d'effet sur le suspect qui parvient à se réfugier dans sa chambre. Les policiers tentent alors de négocier avec lui, mais il ne veut rien savoir. Ils enfoncent la porte et neutralisent l'individu particulièrement excité.

L'auteur des violences est examiné par un médecin qui estime que son état de santé, incompatible avec une garde à vue, relève dans un premier temps de soins psychiatriques. L'homme a fait l'objet d'un internement d'office.

 


















Publicité.














PUBLICITE













Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE