Publicité.



Double assassinat sur fond d'héritage : les tueurs présumés du docteur Franck et de sa femme sont en prison


Publié le Mardi 2 Avril 2013 à 20:08 l Actualisé le 03/04 - 19:26


L'un se prénomme Jimmy, l'autre Mustapha. Le premier est âgé de 37 ans, le second de 38 ans. Tous les deux ont été mis en examen dans la nuit de lundi à mardi 2 avril pour assassinat, puis placés en détention provisoire dans les maisons d'arrêt de Rouen et de Caen.

Les deux hommes sont soupçonnés d'avoir exécuté froidement d'une balle dans la tête le docteur Jacques Franck et son épouse Nelly, âgés respectivement de 67 et 66 ans. Les corps ont été découverts samedi matin vers 10 h 45 par le fils du couple. Celui du médecin a été retrouvé dans une allée à quelques mètres de l'entrée de la maison située 33bis, avenue du Général Leclerc à Grand-Quevilly. Celui de la femme reposait dans une marre de sang au bout d'un couloir. "Un double homicide qui ressemble à une exécution, c'est assez rare", indique le directeur du SRPJ, Philippe Ménard.

Appels au secours et détonations

Le ou les tueurs ont tiré à deux reprises sur chacune de leurs victimes. Une première fois dans le thorax ou le ventre, une seconde fois derrière le lobe de l'oreille à bout portant, voire à bout touchant.

La mort remonte aux environs de 7 h 23, heure à laquelle un voisin a entendu des appels au secours suivi de trois détonations. Il a alerté immédiatement les services de police qui ont fait des recherches dans tout le quartier, sans parvenir à localiser d'où venaient ces bruits inquiétants.

C'est un peu plus tard que la secrétaire du docteur Franck, inquiète de ne pas voir son patron arriver au cabinet, a téléphoné au fils du médecin. Ce dernier a alors tenté d'appeler au téléphone ses parents. Sans réponse il a décidé alors d'aller chez eux à Grand-Quevilly. Et c'est à cet instant qu'il a découvert, horrifié, le drame.

La piste criminelle d'emblée privilégiée

A leur arrivée sur les lieux, les enquêteurs de la brigade criminelle du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Normandie procèdent aux premières investigations. Rapidement, ils écartent la thèse du drame familial. Aucune arme à feu n'est découverte à proximité des corps. La piste crapuleuse d'un cambriolage qui aurait mal tourné est aussi écartée. Aucune trace d'effraction n'est constatée et rien n'a été semble-t-il volé dans la demeure.

Pourtant, un détail va permettre aux policiers de remonter jusqu'aux assassins présumés. A la recherche d'éléments, les enquêteurs découvrent en effet dans une pièce servant de bureau à Mme Franck, un épais dossier qui a attrait à un contentieux civil. Dans ce dossier, des documents concernant une maison de famille datant du XVIIIIe siècle et dans laquelle a vécu le frère de Nelly Franck, jusqu'à sa mort en 2010. Cette maison leur appartenait en indivision.

Un testament introuvable

Les enquêteurs découvrent également des extraits de jugements de la Cour d'appel de Rouen et de la Cour de Cassation. Dans ces extraits apparaît le nom d'un certain Jimmy X. Ce dernier, alors à la rue, a été hébergé dans cette demeure par le frère de Mme Franck, entre 2003 et 2010. Mais au décès de son frère, l'épouse du médecin a demandé son expulsion. Depuis cette affaire, le jeune homme vouait "une haine tenace" à l'égard de Nelly Franck.

D'autant qu'ensuite, la Cour d'appel de Rouen, puis il y a un peu plus d'un mois la Cour de Cassation ont débouté Jimmy X qui avait produit une photocopie d'un testament comme quoi le frère de Mme Franck lui léguerait la demeure à son décès, pour le remercier d'avoir "beaucoup investi en argent et en travaux dans cette maison". Or, le testament original n'a jamais été retrouvé.

Interpellé en douceur près de chez lui

Dans le dossier découvert au domicile de la victime apparaît également une reconnaissance de dettes signée par Mustapha X, au profit de Jimmy X.

Dès lors, les hommes du commissaire divisionnaire Philippe Ménard, vont s'intéresser de plus près à ce Jimmy X. qui devient le principal suspect. Ils parviennent à le localiser dans la journée de samedi, dans le centre ville de Rouen. La brigade de recherches et d'intervention (BRI, ex-anti-gang) est mobilisée et met en place une étroite surveillance. En début de soirée, l'individu est interpellé en douceur au moment où il sort de son domicile. Sur lui, les policiers découvrent une arme de fabrication artisanale capable de tirer des cartouches de chasse.

L'arme du crime quant à elle n'a pas été retrouvé lors des perquisitions.

Qui a tiré ?

Au cours de sa garde à vue, Jimmy X reconnaît avoir "un contentieux avec un couple" et être l'instigateur des faits, mais nie être l'auteur de ce double homicide. Il "balance" alors le nom de son copain Mustapha : c'est lui qui a tiré sur les époux Franck, affirme-t-il. Une accusation que dément naturellement l'intéressé qui se présente spontanément le lendemain matin à l'hôtel de police. Mustapha livre une autre version : "Jimmy m'a demandé de lui procurer une arme", dit-il aux enquêteurs qui le placent en garde à vue.

Les deux suspects seront finalement déférés au palais de justice à l'issue de leur garde à vue lundi soir et mis en examen dans la nuit.

Une autopsie des corps aura lieu ce mercredi 3 avril à l'institut médico-légal de Rouen. Des expertises balistiques devraient permettre de déterminer si c'est la même arme qui a été utilisée pour tuer les époux. Dans le cas contraire, cela signifierait que les deux hommes se sont partagés cette basse et criminelle besogne.

Ils encourent la réclusion à perpétuité.

Lire aussi :






Réagissez à cet article

1.Posté par Michel B le 03/04/2013 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une affaire horrible, incompréhensible. Comment un être humain peut-il tuer de cette façon pour une histoire d'héritage ? Je m'interroge

2.Posté par Laurencemma le 06/04/2013 19:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui me sidère c'est que le docteur Franck était un homme bon et généreux, qui a dédié son temps aux autres, leur offrant ses compétences, depuis le début de sa carrière se tenant informé de tout ce qui pouvait contribuer à l'amélioration de la vie de ses patients, n'enfermant personne dans des jugements, soucieux de tous sans distinction d'origine sociale, profondément humain, quittant son cabinet quand chacun est au chaud chez soi depuis longtemps. Et il faut qu'un homme qu'il aurait aidé avec sa générosité habituelle s'il s'était adressé à lui, l'abatte... Ecoeurant. Que sa belle âme nous éclaire tous.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos








PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE