Dieppe : le prof qui a frappé le proviseur est suspendu de ses fonctions en attendant d'être jugé


Vendredi 18 Avril 2014 à 18:23 l Actualisé Samedi 19 Avril 2014 - 02:12



Dieppe : le prof qui a frappé le proviseur est suspendu de ses fonctions en attendant d'être jugé
Le professeur de mathématiques accusé d'avoir frappé au visage le proviseur du lycée Pablo Néruda à Dieppe où il enseigne, a été suspendu de ses fonctions par l'autorité administative, à savoir le rectorat. L'enseignant âgé de 47 ans devra par ailleurs se soumettre à une expertise psychiatrique ordonnée par la procureure de la République.

Circonstances aggravantes

Enfin, il lui a été notifié une convocation par officier de police judiciaire (COPJ) devant le tribunal correctionnel de Dieppe à l'audience du 3 juin prochain. Il est dans l'immédiat poursuivi pour violences volontaires aggravées par deux circonstances : le fait qu'elles ont été exercées sur un agent chargé d'une mission de service public et dans l'enceinte d'un établissement scolaire.

Il encourt jusqu'à cinq ans d'emprisonnement.

Comme infoNormandie.com le relatait jeudi (lire ici), les faits se sont produits en tout début de matinée jeudi. Sans véritable raison, le professeur de mathématiques a porté plusieurs coups de poings au visage du proviseur, Jean-Michel Sueur, 61 ans. Ce dernier a immédiatement déposé une plainte au commissariat de police de Dieppe.

L'auteur présumé des violences a été interpellé quelques  heures plus tard à son domicile, à la Chaussée, un village du canton de Longueville-sur-Scie. 

Entendu et remis en liberté

L'enseignant a été entendu par les enquêteurs de la Brigade de sûreté urbaine. il aurait expliqué avoir "perdu la tête". Il a été remis en liberté dans l'après-midi à l'issue de sa garde à vue.

La procureure Valérie Cadignan attendait jeudi soir de disposer du certificat médical de la victime pour connaître la nature et la gravité des blessures, avant de décider des mesures à prendre à l'encontre de l'agresseur présumé. 

Des antécédents

"Il y a un véritable traumatisme, à la fois physique et psychologique. Le proviseur a reçu plusieurs coups au visage sans raison. Le médecin lui a prescrit trois jours d'incapacité totale de travail", indiquait ce vendredi soir Valérie Cadignan à infoNomandie.

L'auteur de ces violences avait déjà fait parler de lui en 2012 à la suite d'une altercation avec un élève. "Mais le dossier avait été classé sans suite", rappelle la procureure. A l'occasion de cette affaire, l'enseignant ne s'était pas senti soutenu par la communauté éducative et depuis il était particulièrement aigri. 








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com