Publicité.



Deux sœurs soupçonnées d'avoir soutiré 980 000€ à une riche vieille dame en Seine-Maritime


Publié le Mercredi 9 Avril 2014 à 12:15 l Actualisé le 09/04 - 18:38


Deux auxiliaires de vie sont soupçonnées d'avoir profité de la faiblesse d'une très riche vieille dame, veuve, pour lui soutirer quelque 980 000 euros, entre 2010 et 2013 ! Les deux soeurs, âgées de 58 et 55 ans, avaient signé un contrat de prestations de service avec la personne âgée afin de s'occuper d'elle. Un juteux contrat sur la base de 90 heures de travail par semaine à raison de 16 euros de l'heure chacune. 

Mais ce n'est pas tout. Les investigations de la Brigade financière de la Sûreté départementale ont permis de découvrir que les deux femmes avaient fait signer à l'octogénaire, qui vit dans une résidence pour personnes âgées à Mont-Saint-Aignan, des dizaines de chèques libellés à leur nom, surtout à l'approche de l'été et des fêtes de fin d'année.

Des dépenses anormales

Le pot aux roses a été découvert en septembre 2013 par le conseiller en patrimoine de la retraitée après qu'il a constaté des dépenses anormales sur les comptes de sa cliente qui est à la tête d'un patrimoine personnel de plusieurs millions d'euros.

Chargée d'une enquête préliminaire, la Brigade financière avait, en premier lieu, mis en oeuvre une procédure civile pour demander le placement sous tutelle de la veuve par l'intermédiaire de son fils. La procédure a abouti le mois dernier. 

L'une des soeurs déjà connue

Les deux soeurs redistribuaient les sommes d'argent gagnées ou détournées de manière frauduleuse entre les différents membres de leur famille qui pouvaient la grande vie. Le fils de la plus jeune a pu ainsi s'inscrire dans un établissement privé pour suivre des études de droit privé et s'offrir un séjour à New-York aux frais de la princesse. "Elles avaient un train de vie digne de chefs d'entreprise", souligne une source proche de l'enquête.

L'une des auxiliaires de vie aurait bénéficié à elle seule de 600 000 euros. Elle était déjà connue des services de police et de la justice pour des faits similaires d'abus de faiblesse et d'abus de confiance. 

Des indemnités maladie indues

L'enquête a permis d'établir que l'une des soeurs, la plus jeune, avait perçu des indemnités journalières de la caisse d'assurance maladie parallèlement à son activité professionnelle. Elle aurait touché plus de 50 000€ en quelques mois.

Une plainte devrait également être déposée par Pôle emploi qui aurait versé de manière indue des indemnités de chômage aux deux soeurs de septembre 2013 à avril 2014.

Les deux soeurs ont été interpellées le 1er avril et placées en garde à vue. Lors de leur audition, elles n'ont pas nié les faits mais elles se sont défendues expliquant que la vieille dame était consentante. Leurs proches ont été entendus à titre de témoins. Ils pourraient faire eux aussi l'objet de poursuites pour recel d'abus de confiance.

Expertise médicale 

Dans l'immédiat, les policiers ont procédé à la saisie de deux véhicules, dont une Volkswagen Sirocco, qui étaient utilisées par les membres de la famille. Une expertise médicale a été demandée afin de vérifier si la victime était ou non consentante.

Les deux mises en cause ont été remises en liberté. Elles devront répondre à une nouvelle convocation dès que les résultats de l'expertise médicale de la victime seront connus.






EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos




Plus d'infos en cliquant sur l'image







PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE