Deux cambrioleurs et un receleur interpellés à Bacqueville-en-Caux et Neufchâtel


Vendredi 29 Novembre 2013 à 21:58 l Actualisé Dimanche 1 Décembre 2013 - 12:29



Le matériel volé a été restitué à l'EPISAJ de Bacqueville-en-Caux par les gendarmes
Le matériel volé a été restitué à l'EPISAJ de Bacqueville-en-Caux par les gendarmes
SEINE-MARITIME - Il y a une semaine, dans la nuit du 23 au 24 novembre, les locaux de l'Etablissement public intercommunal de la fondation Albert Jean (EPISAJ), une structure qui prend en charge des personnes handicapées, à Bacqueville-en-Caux, était victime d'un vol par effraction.

Le ou les cambrioleurs étaient repartis avec toutes sortes de matériel servant à l'entretien d'espaces verts : tondeuses, taille haie, tronçonneuse, etc. Le montant du préjudice était évalué entre 6000 et 8000 €.

Un ouvrier agricole avoue

Alors qu'ils venaient d'ouvrir une enquête, les gendarmes de Longueville-sur-Scie et de la brigade de recherches (BR) de Dieppe ont été informés quelques jours plus tard que certains des objets volés avaient été repérés par un des employés de l'EPISAJ, dans une voiture en stationnement près de chez lui.

Rapidement identifié, le propriétaire du véhicule suspect a été interpellé. Une perquisition effectuée à son domicile n'a pas permis de retrouver le matériel, mais au cours de sa garde à vue, l'homme, un ouvrier agricole de 26 ans, a reconnu être l'auteur du cambriolage et avoir agi avec un voisin.

Un receleur interpellé à Neufchâtel

Ce dernier, âgé de 28 ans, a été interpellé un peu plus tard et placé en garde à vue. Au cours des investigations, les gendarmes sont parvenus à établir que le matériel volé, en attente d'être revendu, avait été entreposé pour une partie au domicile d'un receleur âgé de 51 ans et demeurant à Neufchâtel-en-Bray. Le reste a été découvert dans une propriété. Le tout a été restitué à l'EPISAJ.

Les trois mis en cause se sont vu remettre une convocation par officier de police judiciaire (COPJ) à une audience du tribunal correctionnel de Dieppe en juillet 2014, pour vol par effraction pour deux et recel de vol pour le troisième.

L'ouvrier agricole a fait par ailleurs l'objet de deux autres procédures, l'une pour détention de stupéfiant après la découverte chez d'un sachet d'herbe de cannabis, l'autre pour conduite d'un véhicule automobile malgré une annulation de permis.










Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com