Contrôles d'identité dans un camp improvisé des gens du voyage à Mesnil-Esnard et Franqueville-Saint-Pierre


Vendredi 13 Juin 2014 à 18:51 l Actualisé Lundi 16 Juin 2014 - 02:04



La présence de caravanes des gens du voyage déplaît aux habitants de Mesnil-Esnard et de Franqueville-Saint-Pierre ainsi qu'aux riverains du terrain occupé (Photo DR)
La présence de caravanes des gens du voyage déplaît aux habitants de Mesnil-Esnard et de Franqueville-Saint-Pierre ainsi qu'aux riverains du terrain occupé (Photo DR)
SEINE-MARITIME. L'arrivée d'environ 200 caravanes des gens du voyage a jeté le trouble à Franqueville-Saint-Pierre et à Mesnil-Esnard, sur les plateaux de Rouen. Une proximité qui déplaît aux habitants et riverains du terrain occupé tout à fait illégalement et dont le Syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM) est propriétaire.

Sans attendre les élus municipaux dont le conseiller général et maire de Franqueville Philippe Leroy (l'espace vert situé en bordure de D138 est à cheval sur les deux communes) se sont empressés d'alerter les autorités afin d'obtenir le départ des caravanes dans les meilleurs délais. C'est ainsi qu'une quarantaine de gendarmes et une patrouille de policiers ont fait une descente ce vendredi après-midi dans le camp improvisé. L'objectif était de procéder à la sécurisation du terrain et des abords et en même temps de vérifier les identités des gens du voyage et de leurs véhicules.

Un accord a par ailleurs été trouvé avec le responsable des gens du voyage qui a promis que le terrain serait libéré mercredi soir au plus tard. 








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com