Confontation violente entre des supporters nîmois et la police lors d'un match au Havre


Mardi 11 Février 2014 à 17:02 l Actualisé Mercredi 12 Février 2014 - 01:58



Les supporters de Nîmes Olympique, baptisés les Gladiators ne sont pas réputés pour des être des tendres lors des rencontres de leur équipe fétiche (Photo d'illustration)
Les supporters de Nîmes Olympique, baptisés les Gladiators ne sont pas réputés pour des être des tendres lors des rencontres de leur équipe fétiche (Photo d'illustration)
SEINE-MARITIME - Deux supporters nîmois, en déplacement au Havre vendredi soir ont été placés en garde à vue à l'issue de la rencontre opposant leur club, Nîmes, et le HAC pour le compte de la Ligue 2 de football, au stade Océane. Avant même le début du match, à la descente des cars, les esprits étaient déjà bien échauffés du côté d'une trentaine de Nîmois, appartenant au club des Gladiators.

Dès le coup d'envoi, certains d'entre eux auraient jeté des pétards et proféré des insultes en direction des forces de l'ordre depuis les tribunes. L'un des "agitateurs" serait monté sur un grillage obligeant les policiers de la Compagnie départementale d'intervention (CDI) à intervenir pour ramener le calme.

Coup de pied dans les parties génitales

Mais un peu plus tard, pendant la rencontre, un supporter a brisé un siège de la tribune sous les yeux des stadiers qui, pour ne pas envenimer les choses, ne sont pas intervenus. Toutefois, le casseur a été identifié et son signalement a permis aux policiers de l'interpeller à la fin du match.

A cet instant, le groupe des Gladiators qui regagnait la sortie du stade s'est opposé aux forces de l'ordre. Dans l'échauffourée, l'un des policiers aurait pris un violent coup de pied dans les parties génitales, affirme-t-on à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) à Rouen. Le fonctionnaire a alors riposté en donnant un coup de matraque à son agresseur. Blessé à la tête, ce dernier a été transporté au centre hospitalier Jacques Monod où il a reçu trois points de suture.

Interdits de stade

Placé en garde à vue dès la sortie de l'hôpîtal, le supporter aurait reconnu les faits au cours de son audition, selon la police. L'autre supporter, soupçonné d'avoir brisé le siège, a également été entendu par les enquêteurs. Tous les deux ont fait l'objet d'une procédure pour dégradations et violences sur agent de la force publique. Une interdiction administrative de stade a été prise à leur encontre par le préfet de Seine-Maritime.

L'un des membres d'un club des supporters nîmois aurait, sur l'antenne de France Bleu Gard Lozère, mis en cause les forces de police du Havre, affirmant que les policiers se sont jetés sur eux parce qu'ils faisaient un « peu de chahut, mais pas plus que dans une file d'attente à la cantine scolaire... » (sic)

« Les Gladiators accusent les policiers de les avoir roués de coups dans un couloir du stade, alors que, selon eux, aucun problème particulier n'était intervenu auparavant », rapporte France Bleu sur son site. « L'un des supporters aurait un bras cassé, d'autres souffriraient de contusions multiples. »










Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com