Eure.

Cinq interpellations à Pacy-sur-Eure : les cambrioleurs pillaient en famille la déchetterie


Mercredi 2 Août 2017 à 19:00

Cinq membres d'une même famille originaire du Monténégro, un pays des Balkans, ont été interpellés en flagrant délit de vol à la déchetterie de Saint-Aquilin de Pacy, près de Pacy-sur- Eure.


Depuis le mois de mai dernier, des vols avec effraction ont été commis dans l'enceinte de la déchetterie du SETOM à Saint-Aquilin de Pacy, près de Pacy-sur-Eure. Les cambrioleurs s'intéressaient essentiellement à du matériel électronique, de la ferraille et des vêtements.

Surveillés par les gendarmes

Le 1er août, la brigade territoriale de Pacy-sur-Eure, avec l’appui du groupe de lutte anti-cambriolage du groupement de gendarmerie départementale de l’Eure, a mis en place une opération de surveillance discrète aux abords de la déchetterie, implantée dans une zone isolée route de Saint-André. Les enquêteurs ont alors observé, vers 19 heures, l’arrivée de cinq individus, à bord d’une camionnette immatriculée en Allemagne.

Ceux-ci, trois hommes et deux femmes âgés de 15 à 48 ans, originaires du Monténégro et faisant partie d’une même famille, ont été interpellés alors qu’ils chargeaient la camionnette avec des objets dérobés au sein de la déchetterie.

Ils reconnaissent huit vols

Placés en garde à vue à la brigade de Pacy-sur-Eure et à la brigade de Gaillon, le mis suspects ont expliqué qu’ils étaient arrivés récemment à Evreux, après plusieurs années passées en Allemagne, pays dont ils seraient partis en raison de l’afflux massifs de réfugiés originaires du proche orient dans les centres d’hébergement, ont-ils indiqué.

Lors de leurs auditions, ils ont reconnu huit vols commis à l’intérieur de la déchetterie de Pacy-sur- Eure, expliquant ces faits par leur sentiment que les objets stockés à la déchetterie étaient voués à la destruction.

A l’issue de leur garde à vue, les majeurs ont été convoqués devant le tribunal d’Evreux pour le mois de décembre prochain, tandis que les mineurs ont été convoqués devant le juge de enfants d’Evreux en novembre 2017 en vue de leur mise en examen.

Deux des majeurs ont par ailleurs fait l’objet d’arrêtés de la Préfecture de l’Eure portant obligation de quitter le territoire français (OQTF).













Publicité.














PUBLICITE













Suivez-nous sur Facebook