Publicité.



Braquage violent du P'tit Bistrot de Surtauville : les malfaiteurs sont désormais traqués par les gendarmes


Publié le Samedi 15 Novembre 2014 à 21:46 l Actualisé le 17/11 - 01:26


Dominique Laurens, procureur de la République d'Evreux, a donné quelques indications sur les faits qu'elle qualifie d'extrêmement graves. Elle est ici entourée du lieutenant-colonel Auneau, commandant de la Section de recherches de Rouen et du chef d'escadron Johnny Charrier, commandant la compagnie de Louviers (@infoNormandie)
Dominique Laurens, procureur de la République d'Evreux, a donné quelques indications sur les faits qu'elle qualifie d'extrêmement graves. Elle est ici entourée du lieutenant-colonel Auneau, commandant de la Section de recherches de Rouen et du chef d'escadron Johnny Charrier, commandant la compagnie de Louviers (@infoNormandie)
Les auteurs du braquage commis vendredi soir dans un bar-tabac de Surtauville, dans l'Eure, sont très activement recherchés. Traqués. Une trentaine de gendarmes, dont cinq enquêteurs de la Section de recherches (SR) et des techniciens de la cellule d'investigation criminelle (CIC) sont mobilisés et le resteront aussi longtemps que nécessaire.

Un technicien de l'institut de recherche criminelle est attendu dès ce lundi sur la scène de crime. Il s'agit d'un balisticien dont le travail va consister à examiner de manière scientifique l'arme qui a été utilisée par les malfaiteurs. Il s'agit d'un fusil de chasse à canon scié qui a explosé au moment où le coup de feu est parti.

"C'est une affaire très grave"

L'arme de calibre 12 s'est brisée en deux et a été abandonnée sur place par le tireur. L'expertise de ce fusil trafiqué (sa provenance, les éventuelles traces d'empreintes ou d'ADN) pourrait permettre de remonter jusqu'aux braqueurs, sinon de les confondre un jour ou l'autre.

Les enquêteurs n'en sont pas là. "C'est une affaire grave, très sérieuse et tous les moyens sont mis en oeuvre pour identifier  et arrêter les malfaiteurs", a insisté le lieutenant-colonel Franck Auneau, patron de la Section de recherches de Rouen. Qui sont ces malfaiteurs ? 

"Une équipe organisée, déterminée, dangereuse en tout cas", estime Dominique Laurens, procureure de la République d'Evreux.

La victime dans un état critique

On ne sait peu de choses sur ces quatre hommes gantés et dont le visage était dissimulé par des capuches. Quand deux d'entre eux sont entrés dans le bar-tabac Le P'tit Bistrot, l'un armé d'un long couteau, l'autre d'un fusil de chasse, ils ont réclamé tout de suite la caisse (sans l'obtenir). Ils se sont dirigés ensuite vers un présentoir à cigarettes. Et puis un coup de feu est parti, dans des circonstances que l'enquête va tenter de déterminer.

Un client, âgé de 56 ans, alors au comptoir, a reçu une décharge de plombs en plein visage. Le tir a fait deux autres victimes, un père et son fils. Le quinquagénaire, qui a été hospitalisé au CHU de Rouen, dans un état critique ("le pronostic vital est très réservé", a indiqué Mme Laurens, samedi soir), a-t-il voulu s'opposer aux malfaiteurs ? Une hypothèse parmi d'autres. 

La vidéo-surveillance parlera-t-elle ?

"Nous n'avons pas d'éléments figés sur les circonstances dans lesquelles ce tir intervient", note la procureure d'Evreux, qui s'est rendue sur place le soir même avec le chef d'escadron Johnny Charrier, commandant la compagnie de gendarmerie de Louviers. 

Surpris semble-t-il par l'explosion soudaine de l'arme, les deux malfaiteurs ont quitté précipitamment l'établissement. Ils ont rejoint à l'extérieur leurs complices dont un les attendait à proximité de l'entrée du débit de boissons, le second au volant d'une voiture. Les enquêteurs ont saisi le système de vidéo-surveillance qui se trouvait dans le commerce, afin d'en exploiter éventuellement les images.

Stupeur et colère dans le village

Le commando n'a rien pu dérober, mais les dégâts humains sont considérables. Le consommateur grièvement blessé "aura des séquelles très importantes en terme de mutilisation sur la face", souligne Dominique Laurens.

Dans le village de Surtauville (450 habitants), c'est évidemment la stupeur et la colère qui prédominent. Le P'tit Bistrot, implanté à un carrefour routier formé par les routes de Venon, d'Elbeuf, de Louviers et du Neubourg, est le seul commerce de la commune, un lieu convivial où certains habitants apprécient de se retrouver parfois pour échanger, boire un verre. Il a été repris il y a très peu de temps par la gérante actuelle et son compagnon.
 





EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos




Plus d'infos en cliquant sur l'image







PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE