Bernay : le pseudo braqueur provoque un vent de panique dans le bureau de poste


Vendredi 16 Octobre 2015 à 18:39 l Actualisé Dimanche 18 Octobre 2015 - 12:37



Illustration.
Illustration.
Branle-bas de combat ce vendredi après-midi dans le centre ville de Bernay (Eure). Un pseudo hold-up au bureau de poste, place Paul Derou, a suscité une vive émotion pendant une vingtaine de minutes et le déploiement d'importantes forces de gendarmerie. Que s'est-il passé ?

Il est 15h30. Un homme pénètre dans le bureau de poste. Il vient pour régler quelques problèmes liés à son compte, explique-t-il alors qu'il attend son tour au guichet. Soudain, sans véritable raison, un différend éclate avec la personne qui le précède et avec le guichetier. L'individu sort de sa chemise une arme de poing et l'exhibe sans menacer personne. Il n'exige pas d'argent.

La responsable de la Poste garde son sang froid. Elle demande alors aux clients présents d'évacuer le bureau, puis fait la même chose avec le personnel et alerte dans un même temps la gendarmerie. Le pseudo braqueur se retrouve alors seul dans la Poste.

En quelques minutes, le quartier est bouclé par les forces de gendarmerie. Plusieurs unités de la compagnie de Bernay sont en effet mobilisées : la brigade territoriale, la brigade de recherches (BR), le peloton de surveillance et d'intervention (PSIG).

Après avoir pris les précautions d'usage à ce type d'intervention toujours à risque, les gendarmes investissent le bureau de poste et interpellent en douceur l'homme armé. Ils constatent à cet instant que l'arme dont il est muni est un pistolet inoffensif de type Airsoft.

Placé en garde à vue à la brigade de Bernay à 15h50, soit vingt minutes après l'alerte, l'individu âgé de 49 ans a été dans l'incapacité d'expliquer ses motivations. Son interrogatoire devait se poursuivre dans la soirée. Mais il n'était pas impossible que l'état psychique du quadragénaire nécessite son hospitalisation.

Le bureau de poste est resté fermé tout le reste de l'après-midi, le personnel étant sous le choc.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com