Au Havre, la Transat Jacques Vabre a déjà le vent en poupe


Publié le Samedi 26 Octobre 2013 à 21:02 l Actualisé le 26/10 - 22:48



Photos : Marie-Paule Salmon


LE HAVRE (Seine-Maritime) - Il reste une semaine avant le départ mais la Transat Jacques Vabre a déjà le vent en poupe. Inauguré ce samedi matin, le village de la course a attiré de nombreux spectateurs. Dans le bassin Paul Vatine, ils ont découvert les quatre flottes réunies pour cette 11e édition : Class40, Multi 50, IMOCA et MOD70. Le spectacle était aussi dans le bassin de l’Eure car, en attendant le coup d’envoi le 3 novembre, les duos en lice ont disputé le Prologue Virtual Regatta Inshore, remporté par Sébastien Josse et Charles Caudrelier (Edmond de Rothschild).

Le député-maire du Havre Edouard Philippe (à gauche) et Pascal Bourdin, à l'heure de couper le ruban inaugural ce samedi 26 octobre à 11 heures
Le député-maire du Havre Edouard Philippe (à gauche) et Pascal Bourdin, à l'heure de couper le ruban inaugural ce samedi 26 octobre à 11 heures
A l'heure de l'inauguration
« La Ville du Havre est très heureuse d’accueillir pour la 11e fois la Transat Jacques Vabre, un rendez-vous devenu incontournable dans le calendrier des courses à la voile », a souligné le député-maire Edouard Philippe, à l'heure de couper le symbolique ruban tricolore. « Depuis maintenant 20 ans, la Ville du Havre et le groupe Mondelēz International s’associent pour que l’épreuve soit un succès populaire et sportif. Avec un leitmotiv : favoriser les échanges entre les coureurs et le public ».

Après avoir rappelé sa contribution à la création de la Transat Jacques Vabre en 1993, Pascal Bourdin,  président de Mondelēz International France et Benelux, a pour sa part indiqué que « revenir 20 ans plus tard [est] une grande émotion. Je constate que l’événement s’est transformé et a grandi : il y avait 13 bateaux en 1993, nous en avons 44 cette année. Le choix de la Ville du Havre, dès la première édition, était le bon. La Transat Jacques Vabre et le groupe Mondelēz International se retrouvent autour d’engagements communs : le développement durable et la limitation de l’impact environnemental. La course reste une histoire d’homme et de femme engagés ».

C’est donc parti pour une semaine de festivités jusqu’au 3 novembre, date à laquelle sera donné le départ de la Transat Jacques Vabre.
 
Le prologue pour Josse et Caudrelier
Après avoir admiré les quatre flottes regroupées dans le bassin Paul Vatine – Class40, Multi50, IMOCA et MOD70 –, le public n’avait qu’à parcourir quelques dizaines de mètres pour voir les skippers à l’œuvre dans le bassin de l’Eure. Répartis en six poules, les duos se sont confrontés à bord de First Class 7.50, à l’occasion du Prologue Virtual Regatta Inshore.

En raison des conditions climatiques musclées annoncées pour demain dimanche, les organisateurs ont pris la décision de disputer l’intégralité des manches ce samedi. Au menu : des parcours de type « banane » à deux tours dans un vent déjà bien établi. Les vainqueurs de chacune des poules se sont retrouvés pour une demi-finale en flotte qui regroupait Edmond de Rothschild, Cheminées Poujoulat, Maître Coq, Actual, Energa et Macif. La finale a mis aux prises les duos Bernard Stamm/Philippe Legros (Cheminées Poujoulat) et Sébastien Josse/Charles Caudrelier (Edmond de Rothschild). Ce sont finalement ces derniers qui ont enlevé le Prologue Virtual Regatta Inshore.
 

Leurs premières impressions

  • Jean Le Cam, co-skipper de PRB (IMOCA) : « Nous sommes contents d’être au Havre, un site exceptionnel pour un départ de course. Le bassin se prête parfaitement à ce type d’événements, surtout quand le beau temps est au rendez-vous. C’est ma 7e participation à la Transat Jacques Vabre et je reviens toujours avec autant de plaisir. Il reste une grosse semaine d’ici au départ. Nous fignolons l’avitaillement, commençons à étudier la météo et répondons aux sollicitations des médias et de l’organisation. Sinon le prologue s’est très bien passé, nous avons fini dernier de notre poule avec Vincent Riou (rires) ! ».
 
  • Jérémie Beyou, skipper de Maître Coq (IMOCA) : « L’ouverture d’un village de course est toujours un moment agréable. Le public répond présent, j’en suis heureux. Ce week-end, nous profitons de la fête avec les spectateurs et nos partenaires. Le prologue Virtual Regatta Inshore était à la fois amusant et technique : les Bénéteau 7.50 ne sont pas si simples à mener en double, surtout quand le vent est un peu tordu. Après un petit break lundi et mardi, nous rentrerons dans le vif du sujet mercredi ».
 
  • Miranda Merron, co-skipper de Campagnes de France (Class40) : « Nous sentons que l’échéance approche. Il reste du temps d’ici au départ mais d’expérience, je sais que cela va aller très vite. Le programme est chargé et il reste quelques bricoles à effectuer sur notre Class40. En fait, un bateau de course n’est jamais prêt ! ».










Publicité.



PUBLICITE





S'abonner à notre Newsletter



PUBLICITE












Suivez-nous sur Facebook