Arrêtés pour proxénétisme à Rouen : la camionnette servait de "maison" de passe à deux prostituées


Jeudi 2 Avril 2015 à 13:16 l Actualisé Vendredi 3 Avril 2015 - 01:58



@illustration
@illustration
La brigade des mœurs de la sûreté départementale de Seine-Maritime enquêtait depuis un an sur une affaire présumée de proxénétisme. Surveillance, filature, écoutes téléphoniques, photos... les policiers ont déployé les grands moyens pour parvenir à confondre les protagonistes. Résultat : 4 interpellations.

En mai 2014, alors que des plaintes de riverains se plaignant de nuisances affluent à l'hôtel de police, une enquête préliminaire est ouverte par le parquet pour suspicion de proxénétisme.

Une camionnette jaune

Une camionnette jaune, stationnée face à la piscine boulevard de Verdun, à Rouen, va être au centre des investigations policières. Elle est placée sous surveillance discrète.

Les enquêteurs n'ignorent pas que le véhicule sert de lieu de passe à deux prostituées qui y reçoivent leurs clients principalement l'après-midi, entre 14h et 18h.

La camionnette, rachetée en 2023 à une ancienne prostituée de 39 ans qui a changé de vie, appartient désormais à une jeune femme roumaine qui la met aussi à la disposition d'une autre prostituée, ce qui s'assimile à du proxénétisme.

Un homme de main

Ne possédant pas le permis, la nouvelle propriétaire fait donc appel à un "ami" et "client", un homme de 54 ans originaire de Cléon, pour déplacer la camionnette jusqu'à la place du Boulingrin où les deux femmes "commercialisent" aussi leurs charmes.

Ayant réuni suffisamment d'éléments à charge, les hommes de la brigade des mœurs decident alors de passer à l'action mardi 31 mars. Ils interpellent d'abord, en flagrant délit, le conducteur occasionnel de la camionnette.

La propriétaire du véhicule est arrêtée, elle, dix minutes plus tard, boulevard de Verdun. Tous les deux sont placés en garde à vue, l'homme pour aide et assistance à une activité de proxénétisme, la prostituée pour avoir mis son véhicule â disposition d'une "collègue".

Convoqués au tribunal le 3 juillet

L'ancienne propriétaire est également placée en garde à vue ce mercredi 1er avril, pour avoir cédé sa camionnette tout en sachant à quoi elle était destiné. La deuxième prostituée est arrêtée aussi.

Lors des auditions, les enquêteurs se sont attachés à déterminer le rôle de chacun. Sur instruction du parquet, les mis en cause ont finalement été remis en liberté. Ils devront se présenter le 3 juillet prochain à la barre du tribunal correctionnel de Rouen.

La camionnette a été placée sous scellé et en fourrière dans l'attente d'une décision de justice.







Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com