Publicité.



Arrêté 18 mois après avoir tenté de faire "péter" un bar-tabac à Darnétal, près de Rouen


Publié le Jeudi 14 Janvier 2016 à 16:16 l Actualisé le 14/01 - 22:07


Les policiers ont parfois de la patience et surtout de la persévérance. Ils viennent d'en apporter la preuve en interpellant, 18 mois après les faits, un jeune homme qui avait tenté de "faire péter" un bar-tabac-presse à Darnétal, près de Rouen. Le suspect, âgé de 19 ans, a été placé sous contrôle judiciaire en attendant son jugement le 19 février prochain.

Les policiers de la brigade criminelle de Rouen ont mis tout en œuvre pour mettre un nom sur cet homme qui, le 22 juillet 2014, a agressé violemment les gérants du bar-tabac "Le Carnot" à Darnétal.

Il est 17h30, ce jour-là. Un jeune homme se présente à la caisse pour acheter une carte sim pour son téléphone portable. Il quitte le commerce puis revient quelques instants plus tard. Il est furieux : la carte sim ne fonctionne pas, selon lui. L'homme a bien du mal à garder son calme, alors il injurie la gérante et s'en prend ensuite à son mari jusqu'à en venir aux mains. Le client mécontent jette un présentoir à journaux en direction du commerçant qui a le réflexe de s'écarter. Enfin, avant de quitter les lieux, il menace de faire exploser son magasin.

Un mélange détonant d'acide chlorhydrique et d'aluminium

L'affaire aurait pu en rester à ce stade. Mais une trentaine de minutes plus tard l'individu réapparait toujours aussi excité. Il semble cette fois vouloir mettre à exécution sa menace. Il balance successivement, dans la devanture du bar-tabac, quatre bouteilles remplies d'un produit provoquant à chaque fois une déflagration et dégageant une fumée blanche irritante. La dernière bouteille est projetée dans le magasin en direction du gérant. Personne n'est blessé. L'agresseur, inconnu des commerçants, prend la fuite.

Le contenu des bouteilles est analysé au laboratoire scientifique de la police à Lille. Il s'avère que le produit utilisé est de l'acide chlorhydrique mélangé à des morceaux d'aluminium, d'où l'effet détonant.

Ses empreintes digitales étaient dans le fichier de la police

Les enquêteurs réunissent dès lors le maximum d'éléments. Les victimes (lui est âgé de 49 ans, elle de 51ans) et des témoins sont auditionnés. Les techniciens de la police technique et scientifique décèlent sur une bouteille des traces d'empreintes papillaires qui sont transmises au fichier national des empreintes génétiques.

Toutes ces procédures nécessitent du temps. Puis, il y a quelques jours les résultats tombent : l'empreinte découverte sur la bouteille d'acide correspond à celle d'un habitant de Darnétal, un jeune homme très défavorablement connu des services de police. Le suspect est convoqué le 5 janvier à l'hôtel de police mais ne se présente pas. Les policiers vont donc le chercher, l'interpellent et le placent en garde à vue vendredi matin 13 janvier.

Il teste ses engins explosifs dans les jardins de la mairie

Dès sa première audition, il reconnait les faits et les "justifie" par sa colère à cause de cette puce téléphonique défectueuse. Le jeune darnétalais raconte encore qu'il est allé acheter des bouteilles d'acide chlorhydrique et du papier d'aluminium. Il a mélangé les deux matières et a rempli cinq bouteilles en plastique.

Petit détail : pour s'assurer de l'effet explosif de sa fabrication artisanale, il a testé une bouteille dans les jardins de la mairie de Darnétal.

Après si longtemps, le jeune homme ne s'attendait assurément pas à être retrouvé...





EN DIRECT | FAITS DIVERS | L'Info en bref | INFO-ROUTE | YVELINES | FAITS DIVERS 78 | ACTUALITÉS | SOCIÉTÉ | JUSTICE | LOISIRS | ATTENTATS DE PARIS | Télévision | Elections Municipales 2014 | Horoscope | Disparition inquiétante d'Emmanuel Merle | DIAPORAMA | ANNONCES | Elections régionales 2015 | Vos photos








PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE