Publicité.



Arnaud Montebourg chez Sealynx : une visite porteuse de bonnes nouvelles pour l'emploi


Publié le Jeudi 7 Mars 2013 à 11:26 l Actualisé le 09/03 - 16:20


L'usine Sealynx à Charleval, près de Fleury-sur-Andelle (Google Maps)
L'usine Sealynx à Charleval, près de Fleury-sur-Andelle (Google Maps)
Quand le ministre du Redressement productif se déplace dans l'Eure, il vient pour apporter une bonne nouvelle.

Il en sera ainsi à Charleval, près de Fleury-sur-Andelle où Arnaud Montebourg est attendu ce jeudi 7 mars à 14 h 30 chez Sealynx, une entreprise spécialisée dans la fabrication de joints d'étanchéité pour l'automobile. Le ministre visitera les installations et rencontrera les salariés.

Le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts de Seine) devait hier mercredi 6 mars valider l'offre de reprise déposée par GMD (Groupe mécanique découpage), sur la base d'un accord entre le groupe stéphanois et Renault, principal client de Sealynx. Les négociations entre les deux groupes, avec les organisations syndicales, duraient depuis le mois de juillet. Elles ont abouti par la signature d'un accord le 27 février dernier mettant ainsi un terme à la menace qui planait d'une liquidation judiciaire.

Maintien des emplois

L'accord prévoit le maintien des 496 salariés du site de Charleval et un programme d'investissement de 40 millions d'euros pour améliorer et développer l'outil industriel, dont 30 M€ au cours des trois premières années.

Placé en redressement judiciaire en avril 2012, après le désengagement du groupe indien Ruia, l'usine Sealynx a connu depuis bien des soubresauts, notamment une grève illimitée d'une dizaine de jours en juin dernier. Les organisations syndicales ont voulu faire le forcing pour obtenir de Renault, qui représente 85% de l'activité de Sealynx, des engagements en terme de maintien des emplois, de commandes et de garantie de travail. Un accord a donc été signé sur cette base, en juin dernier.

Des perspectives de développement

Parallèlement, des offres de reprise ont été déposées notamment par le polonais Stomil Sanok ou l'américain Cooper Standard Automotive. Elles n'ont pas abouti, les salariés s'y étant opposés compte tenue de la saignée que ces repreneurs envisageaient de faire dans les effectifs. "Notre principal concurrent Cooper, exigeait de réduire d'un tiers l'effectif. Ce qui, concrètement, aurait conduit à la fermeture de l'usine dans les deux ans", analyse Olivier Martin, secrétaire du comité d'entreprise du site de Charleval.

La reprise par le groupe GMD permet d'aborder un avenir plus serein et des perspectives de développement. Et c'est ce que viendra dire aux salariés de Sealynx, le ministre du Redressement productif, ce jeudi 7 mars.

GMD est déjà présent dans l'Eure, avec trois sociétés spécialisées dans le découpage et l'emboutissage : RMC à La Bonneville-sur-Iton, Veron International à Gisors et Mottaz Industrie à Gaillon.






SOCIAL




Plus d'infos en cliquant sur l'image







PUBLICITE







Clin d'oeil sur l'actualité








Suivez-nous sur Facebook



PUBLICITE