Agriculture connectée : « Dans l’Eure, nous avons 5 ans d’avance »


Jeudi 3 Mars 2016 à 19:04 l Actualisé Jeudi 3 Mars 2016 - 22:27



Le président de l'Eure, Sébastien Lecornu, avec les élèves du lycée agricole du Neubourg venus présenter la vache Génie (Photo@CD27)
Le président de l'Eure, Sébastien Lecornu, avec les élèves du lycée agricole du Neubourg venus présenter la vache Génie (Photo@CD27)
Aujourd'hui jeudi sur le stand de l'Eure, la star était l'agriculture connectée. L'occasion de comprendre comment les satellites, les drones, robots et GPS ont révolutionné les pratiques agricoles.

Pour ce 6e jour du salon, le stand du Département de l' Eure a dépoussiéré l’image du monde agricole en faisant la promotion de l’agriculture de précision, largement à la pointe dans l’Eure.

Lors d’une table-ronde composée de spécialistes (société Défisol, Cap-Seine, GR Ceta de l’Evreucin…) et d’agriculteurs engagés dans cette démarche, Marie-Christine Join-Lambert et Frédéric Duché, vice-présidents du Département, ont d’ailleurs annoncé que le développement de la culture de précision était une priorité du budget 2016.

« L’agriculture de précision réconcilie terroir et modernité », note Bastien Hennequez, jeune agriculteur de l’Eure qui lutte contre cette image archaïque du paysan seul avec son tracteur.

« Les technologies numériques nous offrent une solution pour identifier, très précisément, les besoins de nos terres et de nos cultures. Chaque mètre carré peut ainsi être traitée différemment. J’ai investi 8000 € pour 80 hectares et cela été rapidement rentabilisé par les économies d’apports en fertilisants et autres produits. »

L’enjeu d’internet et de la téléphonie mobile dans les zones agricoles

En veille permanente sur les technologies numériques-dernier en date, l’usage du bracelet électronique-, l’agriculture de précision utilise la cartographie par satellite, la gestion des données en agronomie, le géopositionnement, les capteurs (drones, pinces de feuilles…), la robotique (robot de désherbage, robot de traite…) et de nombreux équipements ou logiciels informatiques.

« Nous avons 5 ans d’avance sur d’autres départements », annonce Laurent Maillard, expert en agriculture de précision chez Cap-Seine, coopérative agricole qui se mobilise depuis plusieurs années pour promouvoir l’usage des technologies numériques dans l’agriculture. « Maintenant, il s’agit de nous maintenir dans cette dynamique ».

Pour cela, un frein essentiel a été soulevé : la connexion à internet et la téléphonie mobile. « Un autre dossier prioritaire pour le Départements de l’Eure », a rassuré Frédéric Duché.

Ça se passe ce vendredi 4 mars

11h00, remise des prix du concours général agricole.

D'après une indiscrétion, les agriculteurs, producteurs et éleveurs de l'Eure se sont particulièrement distingués cette année. Attendons de voir

13h00 – 17h00 : battle des chefs.

Le concept : Une productrice sera aux côtés du chef cuisinier et cette équipe disposera d'un "panier " de produits eurois issus des filières courtes pour imaginer une recette. Une dégustation sera proposée au public.

13h00 : première battle

- Sylvain Delalandes, chef cuisinier du Collège César Lemaître de Vernon.

- Nicolas Vacchelli, chef cuisinier du Conseil départemental de l'Eure.

15h15 : deuxième battle

- Julien Razemont, chef du Domaine de la Corniche.

- Christophe Poirier, chef du restaurant La licorne royale à Lyons la Fôret.

Deux productrices euroises participeront à chacune des battles :

- Béatrice Vallengelier/Ferme des vieilles Maisons (productrice d'agneau)

- Séverine Deschacht/EARL Deschacht (productrice de pommes de terre).









Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com