A Rouen, une famille kosovare menacée d'expulsion "à tout moment" selon RESF


Vendredi 7 Février 2014 à 13:54 l Actualisé Vendredi 7 Février 2014 - 17:16



RESF entend s'opposer à la mesure d'expulsion prise par le préfet de Seine-Maritime (Photo d'illustration)
RESF entend s'opposer à la mesure d'expulsion prise par le préfet de Seine-Maritime (Photo d'illustration)
SEINE-MARITIME - La famille Ukzmali, composée d’un couple et de ses trois enfants, a fui le Kosovo parce qu’ils étaient en danger de mort. Réfugiée à Rouen depuis quelques mois, elle fait l'objet d'une mesure d'expulsion "à tout moment", affirme le Réseau éducation sans frontières (RESF) de Seine-Maritime.
 
« Les enfants sont tous scolarisés à Rouen: Lirim est au collège Georges Braque, Elira est au collège Fontenelle, Lorena est à l’école maternelle Guillaume Lion », précise RESF qui entend mobiliser l'oipinion public pour s'opposer à un arrêté pris par le préfet.
 
La famille est arrivée en France en juillet 2013. Repérée en Hongrie, « elle s'est vu refuser le droit de demander l’asile en France ». Ce sont des victimes du règlement Dublin 3 qui oblige à demander l'asile dans le premier pays par lequel un réfugié a transité pour parvenir sur le territoire de l'UE.
 
Recours devant la cour d'appel de Douai
 
« La mère et la fille très traumatisées par les menaces subies au Kosovo sont toutes les deux suivies en psychiatrie. Mme Ukzmali a dû être hospitalisée. Son état est très grave comme l’attestent les certificats médicaux », souligne l'association, précisant qu'un recours pour refus de séjour est actuellement devant la cour d’appel de Douai.

« Mercredi 5 février, le préfet a pris un arrêté de réadmission en Hongrie et les a assignés à résidence. Ils risquent l’expulsion à tout moment, RESF s’opposera à tout éloignement et luttera pour qu’ils obtiennent leur régularisation ».

DERNIERE MINUTE : La préfecture reviendrait sur sa décision d'expulser la famille Ukzmali vers la Hongrie, indique, à InfoNormandie, Chantal Czernichow, militante de RESF. «  Nous attendons la confirmation écrite ». Ces réfugiés Kosovars seraient ainsi autoriser à « faire une demande d'asile en France », selon elle.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com