Coup double pour la douane : à Fréjus (Var) deux voyageurs sont interceptés en possession de 1 285 flacons de parfum de contrefaçon dans un autocar de tourisme. A Belfort, ce sont 21 000 cachets d’ecstasy qui sont saisis lors d'un "go-fast".

1 285 flacons de parfum saisis dans un bus et 31 000 cachets d'ecstasy dans un "go-fast"


Mardi 24 Février 2015 à 14:42 l Actualisé Mardi 24 Février 2015 - 16:59



1 285 flacons de parfums de contrefaçon prêts à la commercialisation découverts dans des sacs de sports à bord d'un autocar de tourisme (Photo Douanes françaises)
1 285 flacons de parfums de contrefaçon prêts à la commercialisation découverts dans des sacs de sports à bord d'un autocar de tourisme (Photo Douanes françaises)
C’est vers 9 heures, vendredi 13 février, que les agents des douanes ont décidé de contrôler un bus de tourisme circulant dans le sens Nice-Aix. Lors du contrôle des bagages des passagers, ils ont constaté la présence d’une quinzaine de très gros sacs de sport. Leur ouverture, en présence des deux passagers ayant reconnu en être propriétaires, a permis la découverte des 1 285 flacons et 747 étiquettes de grandes marques de parfums.

De nombreuses anomalies sur les flacons et la présence des étiquettes destinées à y être apposées ont rapidement permis au service de confirmer le caractère contrefaisant de ces articles. 

Les deux hommes âgés 30 et 44 ans, ont été interpellés, placés en retenue douanière puis remis en liberté après leur audition. Leur marchandise, qui selon leurs dires proviendrait de Hongrie, a été confisquée.

Ils devront comparaître devant le Tribunal de grande instance de Draguignan et encourent une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à trois ans ainsi qu’une amende pouvant atteindre deux fois la valeur des produits authentiques estimée à 70 000 euros.  

21 000 cachets d’ecstasy saisis lors d'un "go-fast" à Belfort

Les agents de la Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes Douanières (DNRED) de Belfort viennent de démanteler un réseau de distribution de drogues de synthèse basé dans l’agglomération de Besançon (Doubs). La drogue était acheminée par convois de « go-fast » depuis les Pays-Bas.

Les investigations menées par les enquêteurs depuis la fin de l’année 2014 ont permis de déterminer la date d'un voyage d'approvisionnement le 21 février.

Un dispositif de contrôle est alors mis en place, dans la nuit du 20 au 21 février, dans le secteur de Saint-Sauveur (Haute-Saône). A 1h30, les douaniers positionnés sur la route nationale 57 interceptent un véhicule circulant rapidement avec deux individus à bord. Lors du contrôle, ils constatent qu'une deuxième voiture, avec une personne à bord, fait demi-tour subitement à la vue du dispositif douanier. 

Les agents décident alors de poursuivre ce deuxième véhicule et procèdent à son interception à Luxeuil les Bains. Avec l'accord du parquet de Vesoul, une opération de fouille et de démontage du véhicule permet de découvrir une cache aménagée accessible à partir du passage de roue, renfermant huit sachets de couleur blanche contenant des cachets en forme de "8" de couleur bleue.








Clin d'oeil sur l'actualité













Suivez-nous sur Facebook






PUBLICITE





Publicité

 
cookieassistant.com